Kombouaré: "Qu'ils parlent avec leurs pieds"

  • A
  • A
Kombouaré: "Qu'ils parlent avec leurs pieds"
Partagez sur :

Qualifié au forceps pour les demi-finales de la Coupe de France après avoir éliminé Le Mans, mercredi au Parc des Princes (2-0 a.p.), le PSG reste sur sa bonne dynamique. De quoi satisfaire amplement l'entraîneur parisien Antoine Kombouaré, qui a tenu à saluer la performance de son gardien Coupet et de ses jeunes Bahebeck et Kebano, buteurs décisifs, qu'il veut avant tout protéger.

Qualifié au forceps pour les demi-finales de la Coupe de France après avoir éliminé Le Mans, mercredi au Parc des Princes (2-0 a.p.), le PSG reste sur sa bonne dynamique. De quoi satisfaire amplement l'entraîneur parisien Antoine Kombouaré, qui a tenu à saluer la performance de son gardien Coupet et de ses jeunes Bahebeck et Kebano, buteurs décisifs, qu'il veut avant tout protéger. Quel bilan tirez-vous de ce match ? Vous attendiez-vous à un match si compliqué ? On s'est créé beaucoup d'occasions durant le temps réglementaire, mais on n'a pas su marquer. Du coup, on s'est donné trente minutes supplémentaires, c'est embêtant, mais on s'est qualifié. Vous êtes satisfaits de la performance de vos joueurs ? Oui, j'ai un groupe qui ne lâche jamais, qui se bagarre. On n'a pas pris de buts et on en marque deux. Je suis donc satisfait. J'essaye toujours de mettre la meilleure équipe sur le terrain et ils ont su répondre présent. On a l'ambition d'aller au bout, il reste une marche. C'est peut-être la plus dure. L'an dernier, on avait battu Quevilly dans la douleur pour aller en finale. Ça risque d'être pareil cette année. Vous avez dû particulièrement apprécier la performance de Grégory Coupet... Lui et tout le monde. Ça fait plaisir de voir "Greg" répondre présent. C'est bien pour l'équipe, le groupe. Il est là. Je n'en ai jamais douté un instant. Est-ce que ça relance la concurrence avec Edel ? Si vous voulez savoir (agacé), c'est Edel qui jouera à Auxerre. C'est très clair. Les deux buts sont marqués par de jeunes joueurs. Ça aussi ça doit être une bonne nouvelle ? Il ne faut pas leur mettre la pression. Ils n'ont aucune responsabilité. La responsabilité, je préfère la mettre sur des Erding, Hoarau, Luyindula. Les jeunes sont là pour prendre du plaisir, apporter leur jeunesse, leur fougue, leur envie, leur enthousiasme et leurs qualités aussi. On est très content, qu'ils continuent d'apprendre. Pourquoi leur avoir interdit de s'exprimer devant la presse ? C'est un principe que j'ai avec les jeunes. Il faut les laisser. Ils sont là pour parler avec leurs pieds. Le marathon du PSG se poursuit... Du marathon comme ça, je signe tout de suite. On continue à gagner. On accumule de la fatigue, mais c'est vite dépassé, car dans les têtes, on se sent frais. Maintenant, il va falloir enchaîner samedi face à Auxerre. Mais quand je vois ce qui se passe dans le vestiaire, ça me donne de l'assurance. Il faut faire attention, car ce n'est jamais établi, mais on est prêt à aller au combat.