Kombouaré: "Pas pardonnable"

  • A
  • A
Kombouaré: "Pas pardonnable"
Partagez sur :

C'est un Antoine Kombouaré frustré qui a commenté l'élimination du PSG jeudi en huitièmes de finale de la Ligue Europa après le nul 1-1 au retour au Parc. Si l'entraîneur s'est dit "très fier" de son équipe, il a cependant jugé "impardonnables" les erreurs de ses joueurs, pointant à la fois celle d'Edel sur le but portugais et les occasions manquées par Erding et Hoarau. Faut-il attendre du changement en vue du clasico ? Réponse dimanche.

C'est un Antoine Kombouaré frustré qui a commenté l'élimination du PSG jeudi en huitièmes de finale de la Ligue Europa après le nul 1-1 au retour au Parc. Si l'entraîneur s'est dit "très fier" de son équipe, il a cependant jugé "impardonnables" les erreurs de ses joueurs, pointant à la fois celle d'Edel sur le but portugais et les occasions manquées par Erding et Hoarau. Faut-il attendre du changement en vue du clasico ? Réponse dimanche. Antoine, quelle est votre réaction après cette élimination ? Tout d'abord, c'est une énorme déception. On avait vraiment la place pour passer ce soir. J'ai deux sentiments qui m'animent ce soir puisqu'on va regarder le Benfica à la télé: une grande frustration, mais je suis aussi super fier de mon équipe qui a retrouvé des valeurs qui en font sa force: la solidarité, la combativité et du coeur. J'ai vu une équipe qui a fait du jeu, du jeu, encore du jeu, et qui s'est procuré des occasions. Il manquait seulement la finition. Que pensez-vous de l'erreur d'Edel sur l'ouverture du score de Gaitan pour le Benfica ? C'est clair qu'à ce niveau de la compétition, et quand tu joues des grands matches, c'est impardonnable de faire des erreurs comme celle-là. Mais pour les attaquants aussi, quand tu te crées beaucoup d'occasions et de situations plus que favorables, tu te mets en difficulté quand tu ne marques pas. Ça veut dire que vous allez réfléchir à la situation avant Marseille ? Ça veut dire que ce n'est pas pardonnable de prendre ce but et de ne pas être capable de marquer avec des occasions aussi franches. On parle d'Erding, de Hoarau, de Maurice en fin de match. Après, je suis très fier de ce qu'ont montré les joueurs. J'ai retrouvé une équipe solide, solidaire, capable de faire du jeu, de se procurer des occasions et de bousculer une grande équipe comme le Benfica. Mais ce qui compte à ce niveau, c'est le réalisme et l'efficacité. Est-ce un problème de talent ? Peut-être que si on avait Messi, on marquerait des buts ! Mais à nous de travailler. Erding et Hoarau en sont à leur troisième ou quatrième saison au plus haut niveau, à eux de travailler. Pour Edel, c'est seulement sa seconde saison au plus haut niveau et sa première en tant que titulaire sur des grands matches. Le Benfica est, lui, composé de nombreux internationaux. "Persuadé qu'on peut aller chercher mieux que la cinquième place" Avez-vous perdu la qualification à l'aller ou au retour ? Ce soir (jeudi). Parce qu'on fait quand même un bon score à l'aller et je savais pertinemment qu'avec ce qui s'était passé dans la semaine, et mon coup de gueule, il y aurait une réaction de la part de mes joueurs. On a retrouvé une équipe soudée, qui a envie de jouer ensemble et qui prend du plaisir. Mais le réalisme nous a manqué. Benfica peut-il remporter la Ligue Europa ? C'est compliqué parce qu'on a le sentiment quand même d'avoir eu les moyens de passer et je ne sais pas trop qui ils vont affronter. Mais ils ont l'expérience du haut niveau. Il faut aussi de la réussite pour passer. Quel est l'objectif prioritaire désormais, la demi-finale de Coupe de France ou le Championnat ? On a deux compétitions pour aller le plus loin possible. Il faudra garder notre trophée en Coupe de France et, en Championnat, je suis persuadé qu'on peut aller chercher mieux que la cinquième place. Il reste onze matches, 33 points à prendre. Ça passe par un grand match contre l'OM. On est attendus, il faudra répondre présent. Vous avez un deuxième gardien avec de l'expérience (Grégory Coupet, ndlr)... On va prendre le temps de la réflexion, travailler et discuter avec les garçons. Et s'il y a une décision à prendre, les premiers au courant seront les joueurs. Mais il y a encore le temps avant le match de dimanche. Et je voudrais soutenir le Benfica désormais, on va être derrière eux.