Kombouaré et Gourcuff s'en sortent bien

  • A
  • A
Kombouaré et Gourcuff s'en sortent bien
Partagez sur :

FOOTBALL - Convoqués par le Conseil de l'éthique, Antoine Kombouaré et Christian Gourcuff n'ont écopé d'aucune suspension.

Beaucoup de bruit pour pas grand chose. Convoqués ce lundi au siège de la FFF pour passer devant le Conseil national de l'éthique, Antoine Kombouaré et Christian Gourcuff, qui s'étaient accrochés oralement après le match Lorient-PSG (1-1), en sont ressortis sans aucune suspension mais juste avec l'obligation "de participer à une action pédagogique organisée par les Ligues régionales."A leur sortie du Conseil national de l'éthique en début d'après-midi, et ce avant même la délibération du jury présidé par Dominique Rocheteau, Antoine Kombouaré et Christian Gourcuff affichaient un large sourire. A croire qu'ils savaient déjà que les membres du conseil n'auraient pas la main lourde à leur encontre. "Ça s'est bien passé, tout est parfait", confiait à sa sortie l'ancien coach valenciennois quand son homologue, sur le ton de l'ironie, lâchait un "On est vivants". Réunis à Paris quinze jours après s'être verbalement accrochés dans la foulée de la rencontre Lorient-PSG du 26 septembre, les entraîneurs parisien et breton n'ont écopé d'aucune suspension, alors que le premier avait répondu sans mâcher ses mots au second qui avait ouvertement critiqué Claude Makelele qu'il estimait en "bout de course" en plus d'être protégé par les arbitres. Chacun pourra donc s'asseoir sur son banc respectif le week-end prochain à l'occasion de la 9e journée de Ligue 1. Une action pédagogique pour sanction"Après sa réunion du lundi 12 octobre, le Conseil national de l'éthique a décidé d'imposer à Messieurs Christian Gourcuff, entraîneur du FC Lorient, et Antoine Kombouaré, entraîneur du Paris Saint-Germain, de participer à une action pédagogique organisée par les Ligues régionales dont ils dépendent sur le rôle de l'éducateur dans la promotion et la défense des valeurs du football, notamment le respect entre ses acteurs que sont les arbitres, les dirigeants, les éducateurs et les joueurs", précise le communiqué publié sur le site de la FFF. Une action à laquelle les deux coachs devront se soumettre obligatoirement. En cas de refus, les intéressés écoperaient d'un match ferme de suspension. S'ils risquent de rester un moment encore dans le viseur des instances disciplinaires, Kombouaré et Gourcuff n'auront même pas à regretter ce soir de ne pas avoir laissé leur langue dans leur poche voilà quinze jours.