Kombouaré "attend" Sessegnon

  • A
  • A
Kombouaré "attend" Sessegnon
Partagez sur :

Actuellement en stage à Marrakech avec le Paris-SG, Antoine Kombouaré est revenu lundi sur le cas de Stéphane Sessegnon, un joueur avec lequel il aurait eu une altercation juste avant Noël, d'où l'absence du Béninois au Maroc. Pour le coach parisien, l'intéressé subit la mauvaise influence de son agent et doit revenir à la raison, donc avec le groupe. Pas sûr que son message soit entendu...

Actuellement en stage à Marrakech avec le Paris-SG, Antoine Kombouaré est revenu lundi sur le cas de Stéphane Sessegnon, un joueur avec lequel il aurait eu une altercation juste avant Noël, d'où l'absence du Béninois au Maroc. Pour le coach parisien, l'intéressé subit la mauvaise influence de son agent et doit revenir à la raison, donc avec le groupe. Pas sûr que son message soit entendu... Antoine Kombouaré rêvait sans doute d'un début 2011 aussi calme que la météo sur Marrakech, où le PSG est arrivé dimanche pour un mini-stage destiné à préparer ses premières échéances de l'année, à commencer par un 32e de finale de Coupe de France le week-end prochain face au RC Lens. Un match que ne disputera sans doute pas Stéphane Sessegnon, puisque l'international béninois, qui affirme avoir été traité d'"enc..." et de "joueur de m..." par son entraîneur juste avant la trêve, a décidé de boycotter le stage marocain. Selon Le Parisien de ce mardi, l'intéressé s'est entraîné seul lundi à l'Insep, dans le Bois de Vincennes, ce qui devrait encore être le cas ce mardi, sous la direction du coach de l'ancien champion du monde du 110 mètres haies, Ladji Doucouré, à savoir Renaud Longuèvre qui aurait accepté de "donner un coup de main" à la demande de l'agent de Sessegnon, Rudy Saba. Un agent clairement mis en cause dans cette histoire par Antoine Kombouaré qui, tout en niant avoir proféré la moindre insulte envers son milieu de terrain, estime que le joueur est sous mauvaise influence, d'où son refus d'accompagner le groupe à Marrakech: "Contrairement à ce qui a été écrit, je n'ai jamais insulté Stéphane, a-t-il expliqué lundi sur le site du PSG. Je respecte trop les joueurs pour cela. Si je me suis emporté, c'est contre l'agent du joueur, lorsqu'il m'a dit que son intérêt était de faire partir Stéphane. Il y a des joueurs sous influence, très mal entourés, ce qui fait tourner la tête. Stéphane a un peu la tête ailleurs aujourd'hui, je peux le comprendre. Son envie est due au fait qu'il y a l'opportunité du mercato, mais cette envie est passagère. Nous comptons sur lui, moi le premier, qu'il le sache.""Je serai patient avec lui" Pour Antoine Kombouaré, l'heure est à recoller les morceaux, d'où des déclarations destinées à amadouer l'international béninois: "Il est attendu à l'entraînement, il était attendu hier (dimanche), il a décidé de ne pas se présenter, a-t-il poursuivi lundi en conférence de presse. Nous, on est dans le travail, dans l'action, bien sûr qu'on est déçus de ne pas le voir, maintenant j'espère qu'il va revenir à la raison. De toute façon, je l'attends. Si ça doit prendre une semaine, quinze jours, ce n'est pas grave, je serai patient avec lui. Je n'envisage rien d'autre que sa présence parmi nous parce qu'on a besoin de lui, parce que c'est un joueur important et ce ne sont pas que des paroles. Il y a des stats qui montrent aujourd'hui que depuis le début de la saison, même si on attendait mieux de sa part, il a toujours fait partie de l'effectif, il a toujours été titulaire ou rentrant quand il était remplaçant. Il est attendu parce qu'on a besoin de lui pour finir la saison et porter haut les couleurs du club." Sessegnon se laissera-t-il convaincre par ces propos qui laissent deviner l'envie de mettre un terme à cette pénible histoire chez le coach parisien ? S'il persiste dans son refus de s'entraîner, le joueur encourt en tout cas des sanctions de sa direction. De quelle sorte ? "Sportivement, nous avons besoin de Stéphane et si le club prend des sanctions, elles ne devront pas être sportives", estime Kombouaré. Autrement dit, si sanctions il y a, elles seront avant tout financières, et, sans doute plus embêtant pour le joueur, s'accompagneront d'un refus ferme de transfert de la part de la direction. Une situation regrettable pour un joueur visiblement apprécié par ses coéquipiers, à l'instar de Grégory Coupet, qui, au micro de RMC, a notamment déclaré: "On est tristes, car c'est un homme qu'on apprécie beaucoup et un très bon joueur. On va le bombarder de textos pour qu'il nous revienne. On ne peut pas se mettre à sa place, alors on essaye d'être indulgents et compréhensifs." Combien de temps encore ?