Kolobnev, dopé et viré !

  • A
  • A
Kolobnev, dopé et viré !
Partagez sur :

Alexandr Kolobnev a été contrôlé positif à un diurétique et exclu du Tour de France dans la foulée par son équipe, Katusha. Le contrôle porte sur l'échantillon A d'analyses prélevées durant la 5e étape, mercredi dernier entre Carhaix et le cap Fréhel. Trois jours plus tard, le Russe avait animé la 8e étape entre Aigurande et Super-Besse Sancy, en s'échappant durant 160 km.

Alexandr Kolobnev a été contrôlé positif à un diurétique et exclu du Tour de France dans la foulée par son équipe, Katusha. Le contrôle porte sur l'échantillon A d'analyses prélevées durant la 5e étape, mercredi dernier entre Carhaix et le cap Fréhel. Trois jours plus tard, le Russe avait animé la 8e étape entre Aigurande et Super-Besse Sancy, en s'échappant durant 160 km. Jusqu'ici, le sport avait retrouvé ses droits. L'actualité du Tour se focalisait sur le maillot jaune récupéré par un superbe Thomas Voeckler, ou encore sur les nombreuses chutes, parfois provoquées par des fous du volant, pas tout à fait dans le ton du code de la route et du cyclisme. Mais après toutes les belles passes d'armes de la première semaine, le spectre du dopage est tristement revenu hanter la caravane du Tour. Et le bien malheureux élu se nomme Alexandr Kolobnev, le coureur russe de l'équipe Katusha. Kolobnev a été contrôlé positif à un diurétique sur l'analyse de son échantillon A par l'AFLD (Agence française de lutte contre le dopage), au laboratoire de Châtenay-Malabry. Ça ne parlera qu'aux plus scientifiques, mais le diurétique en question serait de l'hydrochlorothiazide, une substance interdite qui sert essentiellement à masquer une éventuelle prise d'autres produits illicites. Vice-champion du monde en 2009, le Russe avait montré le maillot de son équipe il y a deux jours, en s'échappant durant 160 km lors de la 8e étape entre Aigurande et Super-Besse Sancy. Exclu par Katusha Pourtant, ce n'est pas samedi qu'il aurait été contrôlé positif, mais bien mercredi. L'UCI a précisé dans un communiqué que l'échantillon A en question provient d'un contrôle effectué le 6 juillet, jour de la 5e étape disputée entre Carhaix et le cap Fréhel. L'UCI parle d'un "résultat d'analyse anormal", en précisant que le coureur dispose d'un délai de quatre jours pour demander une contre-expertise. A priori, rien ne s'opposait donc à ce que Kolobnev soit dans le peloton, mardi à Aurillac au départ de la 10e étape. A priori seulement, car le coureur a rapidement été exclu par son équipe. Très à cheval sur la lutte anti-dopage, Katusha a fait signer à ses coureurs, en début de saison, une charte anti-dopage où ils s'engagent à reverser leurs gains en cas de contrôle positif, et même à verser une amende de cinq fois leur salaire. Sergueï Outchakov, un ancien coureur désormais membre de l'encadrement de l'équipe, a confirmé que tout contrôle positif donnait irrémédiablement lieu à une exclusion chez Katusha. Un tel dénouement relève alors d'une certaine logique... Kolobnev, en plus de son titre de vice-champion du monde en 2009, avait réussi la même performance en 2007 et a également été médaillé de bronze aux JO de Pékin en 2008. Un joli palmarès qui prend donc un sacré coup de griffe.