Klöden prend sa revanche

  • A
  • A
Klöden prend sa revanche
Partagez sur :

S'il a encore été dominé par son compatriote Tony Martin dans le contre-la-montre final, Andreas Klöden, deuxième de Paris-Nice en mars, n'a cette fois-ci pas laissé échapper la victoire lors du Tour du Pays Basque. Plus en forme que jamais, l'Allemand, 35 ans, devance de 47 secondes son coéquipier Christopher Horner et le Néerlandais Robert Gesink. Les Espagnols ont disparu lors de cette dernière journée.

S'il a encore été dominé par son compatriote Tony Martin dans le contre-la-montre final, Andreas Klöden, deuxième de Paris-Nice en mars, n'a cette fois-ci pas laissé échapper la victoire lors du Tour du Pays Basque. Plus en forme que jamais, l'Allemand, 35 ans, devance de 47 secondes son coéquipier Christopher Horner et le Néerlandais Robert Gesink. Les Espagnols ont disparu lors de cette dernière journée. Il était le grand favori, il n'a pas déçu. Alors que 11 coureurs se tenaient en 18 secondes avant le contre-la-montre final de 24 kilomètres autour de Zarra, Andreas Klöden, le meilleur rouleur du lot, semblaient le mieux armé pour décrocher la victoire finale du Tour du Pays Basque. Et si l'Allemand s'est de nouveau fait devancer pour neuf petites secondes par son bourreau de Paris-Nice en mars, Klöden, 2e de la Course au Soleil, est cette fois-ci parvenu à monter sur la plus haute marche. En toute logique. Car si le Tour du Pays Basque se termine cette année par un chrono de 24 kilomètres, son parcours accidenté fait qu'il ne s'offre pas toujours à un pur rouleur. Pour preuves, les succès d' Iban Mayo (2003), José Angel Gomez Marchante (2006), Samuel Sanchez (2007) lors de la dernière décennie. Pour Klöden, il s'agissait donc de résister dans la semaine aux puncheurs espagnols comme Rodriguez, Sanchez ou Tondo, et aux gros calibres étrangers comme Vinokourov, Gesink ou les frères Schleck. Face à un casting de choix, celui qui apparait désormais comme le leader de la RadioShack a prouvé qu'il retrouvait bel et bien une seconde jeunesse, à 35 ans. Aériens dans les ascensions, Klöden n'a été battu ce samedi que de 9 secondes par l'ultra-spécialiste Tony Martin, qui n'a pas été défavorisé par ce chrono très loin d'être plat. Et au général, il n'y a pas eu photo. 47 secondes séparent l'Allemand de son coéquipier et tenant du titre Christopher Horner, et du Néerlandais Robert Gesink. Ce dernier, vainqueur du Tour d'Oman, prouve une nouvelle fois, tout comme Klöden, sa régularité dans les courses à étapes. Ils seront à suivre sur le Tour de France. Dans cette optique-là, difficile de juger la forme des frères Schleck, dont la montée en puissance est relativement lente en ce début de saison. Andy termine 12e du général à deux minutes, juste derrière Joaquin Rodriguez. Quant à Fränk, récent vainqueur du Critérium international, il est passé à l'attaque sans succès cette semaine. Plus inquiétant, la performance d'Ivan Basso. L'Italien se plaignait de ne pas être en forme en février-mars. Toujours pas remis d'un virus contracté sur Tirreno-Adriatico, il a quitté le Pays Basque après les deux premières étapes, où il s'était accroché tant bien que mal au groupe de favoris.