Kiel bien parti

  • A
  • A
Kiel bien parti
Partagez sur :

Kiel a remporté dimanche à domicile face à Ciudad Real le match aller de la finale de la Ligue des Champions (39-34). Tenants du titre, suite à leur victoire de l'an dernier face à ces mêmes Allemands, les Espagnols devront réagir la semaine prochaine dans leur salle.

Kiel a remporté dimanche à domicile face à Ciudad Real le match aller de la finale de la Ligue des Champions (39-34). Tenants du titre, suite à leur victoire de l'an dernier face à ces mêmes Allemands, les Espagnols devront réagir la semaine prochaine dans leur salle.Inverser le cours de l'histoire. Dimanche prochain, Kiel aura en effet à coeur de prendre une éclatante revanche sur le sort et Ciudad Real, qui l'avait privé d'un sacre européen la saison dernière lors du match retour. Vainqueurs à l'aller (29-27), en terre espagnole, Karabatic et ses coéquipiers s'étaient inclinés à domicile (31-25) au retour, laissant ainsi filer un titre qui leur semblait promis.Nul doute qu'ils auront ce scénario à l'esprit en entrant dans la salle de Ciudad Real dimanche prochain afin de ne pas revivre une telle déconvenue. Mais la marge est mince. Le score de ce match aller (39-34) est en plus assez sévère pour les coéquipiers de Jérôme Fernandez, tant ceux-ci ont posé de sérieux problèmes aux Allemands.Kiel a en effet mené au score tout au long du match mais ne s'est jamais échappé. Le plus gros écart de la rencontre, +6 en faveur des joueurs locaux, intervient à la pause, qui voit l'équipe allemende mener 18-12. Sans s'affoler, les Espagnols reviennent pourtant dans la partie, cassant les attaques rapides de leurs adversaires et posant calmement les leurs.Omeyer toujours aussi efficaceC'est ainsi que Jérôme Fernandez, énorme de bout en bout, remet les deux équipes à égalité (32-32) alors qu'il ne reste que six minutes à jouer. On pense alors que Ciudad Real va réaliser l'exploit, mais Kiel n'a pas réalisé le doublé Coupe-Championnat d'Allemagne pour rien. Il possède dans ses rangs des joueurs décisifs, à l'image de Lundström qui inscrit trois buts consécutifs pour redonner un avantage décisif à son équipe. Ajoutés à trois arrêts monumentaux de Thierry Omeyer dans les ultimes minutes, ces buts permettent donc à Kiel de l'emporter (39-34), et de pouvoir voir venir. Cinq buts d'écart constituent un matelas non négligeable, qu'il faudra cependant aller défendre en Espagne, où le public, bien que n'étant pas aussi chaud qu'à Kiel, aura certainement un rôle prépondérant. Pour obtenir leur fabuleux triplé, les Allemands devront donc sortir un gros match. Et, peut-être, réécrire l'histoire.