Kervadec: "Un bilan positif"

  • A
  • A
Kervadec: "Un bilan positif"
Partagez sur :

A la retraite depuis un an demi, Guéric Kervadec s'est retrouvé sur le terrain avec Créteil, mardi, en Coupe de France, pour dépanner un effectif en proie aux blessures. S'il ne devrait pas renouveler l'expérience, le directeur sportif cristolien en profite pour faire le bilan de son club à mi-saison, avant le derby face à Ivry. Pour "Le Menhir", les compteurs sont pour le moment au vert.

A la retraite depuis un an demi, Guéric Kervadec s'est retrouvé sur le terrain avec Créteil, mardi, en Coupe de France, pour dépanner un effectif en proie aux blessures. S'il ne devrait pas renouveler l'expérience, le directeur sportif cristolien en profite pour faire le bilan de son club à mi-saison, avant le derby face à Ivry. Pour "Le Menhir", les compteurs sont pour le moment au vert. Guéric, on a pu vous apercevoir sur le terrain, mardi, en Coupe de France, face à Vernon. Pourquoi ce retour imprévu ? Tout simplement pour pallier des blessures. Ça s'est décidé lundi soir, car Pierre Montorier est blessé, mais aussi Nerijus Atajevas. Donc au niveau défensif, ils m'ont demandé de participer à cette défense. C'est pour cela que j'ai remis le short ! Quelles ont été les sensations ? Bien. Il y a une petite surcharge pondérale mais sinon ça va (rires). C'est un intérim qui peut durer jusqu'à la fin de l'année ? Non, c'était exceptionnel. Ce n'était pas l'objectif. On joue samedi face à Ivry. Certains blessés vont revenir, on va voir comment ils sont. Il n'y a pas une volonté absolue de jouer. Après si je suis sur le terrain, je jouerais, mais je suis avant tout directeur sportif. La priorité c'est que les joueurs jouent. Si là, à l'entraînement, ils sont opérationnels, ce sont eux qui joueront et pas moi. Justement, en tant que directeur sportif, quelle est l'importance de ce match face à Ivry ? C'est un match important pour les deux équipes. Déjà, c'est un derby. C'est le seul derby du championnat puisque ce sont deux équipes dans le même département. Il n'y a pas d'autres derbies possibles. On sait très bien l'intensité et l'enjeu qu'il pouvait y avoir dans le temps. Maintenant, l'objectif c'est surtout de prendre deux points. On en a besoin pour ne pas avoir trop de retard sur le peloton de tête. Ivry, ils ont besoin de gagner pour ne pas s'éloigner du peloton pour le maintien. "On a vraiment un club axé sur la formation" Vous avez neuf points après 11 journées, quel est le premier bilan de ce début de saison ? Il est positif. On a encore beaucoup de choses à revoir car on a montré de belles choses. Après on a fait une mauvaise série, avec notamment des blessures qui sont arrivées en même temps. On a perdu à Cesson à la maison, ce sont des matches qu'on n'aurait pas dû perdre, avec le match nul face à Nantes. C'est un bilan positif, mais il sera d'autant plus positif si on finit les deux derniers matches avec deux victoires. On peut voir que la politique de formation commence à porter ses fruits, est-ce une grosse satisfaction ? Oui. On a vraiment un club axé sur la formation. Créteil a toujours fonctionné avec des joueurs d'expérience, des joueurs de qualité, et derrière des jeunes en devenir. Et là on voit qu'on a des jeunes très talentueux, qui ne sont pas en concurrence. Ils apportent toujours un plus, et non pas du négatif. C'est très intéressant pour nous, et pour l'entraîneur. Pour le club, c'est une bonne marque de fabrique. Ça travaille bien. Hugo Descat, 19 ans, est nominé pour l'élection du joueur du mois de novembre, est-ce une récompense ? C'est une récompense pour lui d'abord. C'est quand même lui le premier acteur de tout ça. Il travaille, il fait tout pour progresser, et nous on est là pour lui apporter ce dont il a besoin pour progresser, sur et en dehors du terrain. Il s'éclate, il a confiance. Il a la confiance de ses coéquipiers, de son entraîneur, et voilà, il fait un excellent début de saison, et encore plus le mois dernier. Que peut-on désormais souhaiter à Créteil pour 2012 ? Déjà on va d'abord essayer de finir 2011 avec deux victoires, ce qui nous permettra de remonter au classement. On pourra partir en vacances, avec un bon bilan. Ce qu'on peut souhaiter pour 2012, c'est qu'on ne descende pas (rires), et qu'on arrive à prendre beaucoup de plaisir en semble. Après on verra, à quel niveau du championnat on sera. Pour finir, en tant qu'ancien international, est-ce une satisfaction de voir le Mondial 2017 organisé en France ? C'est toujours un plaisir, un honneur. Depuis plusieurs années, la Fédération a beaucoup travaillé pour l'obtention de ce Mondial. Elle a échoué de peu pour 2015. Les erreurs qui ont pu exister, elles ont été gommées. C'est tout à fait logique pour une Fédération avec deux équipes habituées à jouer dans les derniers carrés, d'accueillir une compétition aussi importante.