Kelleher comme Dominguez ?

  • A
  • A
Kelleher comme Dominguez ?
Partagez sur :

A 34 ans, Byron Kelleher se dessine encore un avenir dans le Top 14. Malgré son âge et une dernière saison gâchée par un physique défaillant, l'ancien All Black espère marcher au Stade Français sur les traces d'un autre demi d'exception, Diego Dominguez, qui en son temps, et en dépit d'un âge canonique, fit les beaux jours du club parisien.

A 34 ans, Byron Kelleher se dessine encore un avenir dans le Top 14. Malgré son âge et une dernière saison gâchée par un physique défaillant, l'ancien All Black espère marcher au Stade Français sur les traces d'un autre demi d'exception, Diego Dominguez, qui en son temps, et en dépit d'un âge canonique, fit les beaux jours du club parisien. C'est un contrat de deux ans que Byron Kelleher a paraphé ce mardi avec le Stade Français. A 34 ans, l'ancien All Black et Toulousain garde une ambition intacte: "Je voulais finir ma carrière en France et le projet du Stade Français me permet d'espérer terminer ma carrière dans les meilleurs conditions, explique-t-il dans Le Parisien. Je vais tout faire pour gagner un titre avant la fin de ma carrière." Dans un club, où le Néo-Zélandais veut s'investir tout entier: "J'ai bien compris les difficultés de la saison dernière et je veux aider à recréer une unité de groupe, une solidarité. Les gens qui se sont battus pour sauver le club lui ont donné les moyens d'un recrutement ambitieux." Parmi ceux-là, Bernard Laporte aura forcément compté dans sa décision de rejoindre Paris: "J'ai une très grande confiance en lui. Il connait parfaitement le rugby. Je devais le suivre à Bayonne mais lorsqu'il est sorti du projet, la donne n'était plus la même." Kelleher, qui n'a plus joué le moindre match depuis décembre dernier, s'offre un dernier défi dans la capitale à un âge avancé qui n'effraie pas son nouveau président. "Diego Dominguez, à 38 ans, était frais comme un gardon, cela dépend de la morphologie du joueur, de son hygiène de vie...", souligne Max Guazzini. Reste à savoir si le Néo-Zélandais, qui on le sait était aussi devenu une figure de la nuit toulousaine, saura résister aux tentations autrement plus nombreuses de la capitale...