"Karim peut faire partie d'un noyau"

  • A
  • A
"Karim peut faire partie d'un noyau"
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - Laurent Blanc a justifié ses choix, notamment celui de Karim Benzema.

EQUIPE DE FRANCE - Laurent Blanc a justifié ses choix, notamment celui de Karim Benzema. Laurent, vous avez retenu 16 joueurs de Ligue 1. Lors du Mondial, l'Allemagne et l'Espagne ont brillé avec essentiellement des joueurs « locaux ». Est-ce que c'est un signal fort pour l'avenir ? On peut le penser. Mais le football espagnol et le football allemand sont très différents du nôtre. Notre culture et nos moyens financiers font qu'il y a plus de joueurs français qui évoluent à l'étranger. Par ailleurs, cette liste est très « Ligue 1 » car j'ai pris la décision de ne convoquer aucun des 23 qui étaient en Afrique du Sud. Des joueurs vont fêter leur première sélection. C'est une bonne chose, avec beaucoup d'honneur, de bonheur et de motivation pour essayer de faire le mieux possible. Même un match amical, il faut absolument le jouer pour gagner. C'est une bonne opportunité pour tous les joueurs qui vont participer à ce match de prouver leurs qualités et de démontrer qu'ils ont leur mot à dire pour les prochaines convocations. C'est l'état d'esprit qui m'a fait choisir ces joueurs-là. Il me semble que les joueurs choisis, avec la saison qu'ils ont fait l'année dernière, les ambitions de leur club, ils méritent d'avoir l'opportunité de démontrer leurs qualités au niveau international. Si les 23 mondialistes n'avaient pas été écartés, combien des joueurs appelés aujourd'hui contre la Norvège feraient partie de cette liste ? Je ne peux pas donner exactement le nombre. Même si je m'étais donné la possibilité de sélectionner ces 23 joueurs, je pense qu'il y en aurait moins. Certains ont pris leur retraite internationale. Mais d'autres font partie de ma réflexion depuis que je sais que je suis sélectionneur national, notamment en défense centrale, qui est un secteur où il faut rebâtir. L'Afrique du Sud ne nous a pas donné la possibilité de s'appuyer sur une assise défensive. Il y a tout à faire. Certains joueurs sont présents dans cette optique-la aujourd'hui. Même si j'avais pu sélectionner les 23, ces joueurs seraient quand même là aujourd'hui. Blanc sur Benzema : "ce qui le touche dans sa vie privée ne me regarde pas" Vous avez été tenté de puiser dans la sélection des -19 ans, tous frais champions d'Europe ? Il faut les féliciter pour leur titre. Dans le climat actuel, c'est une bonne bouffée d'oxygène. Félicitations à eux. Mais à aucun moment je n'ai réfléchi à les intégrer à cette liste. Ils ne sont pas prêts aujourd'hui. Ce sont des joueurs que l'on va surveiller, mais seulement quelques-uns sont titulaires dans leur club. Qu'ils continuent à démontrer leurs qualités. J'espère que ce titre va inciter leur club à leur donner un peu plus de temps de jeu en équipe première. Un mot sur Karim Benzema dont certains membres du gouvernement ne souhaitait pas qu'il porte le maillot bleu... Ma réaction je vous l'ai donnée en donnant ma liste. C'est une réponse claire, nette et précise. Chacun a ses avis. Il faut les respecter. Moi j'avais une responsabilité à prendre. Même s'il n'est pas dans les meilleures dispositions physiques et certainement psychologiques, il m'était important de le convoquer. Karim, comme d'autres, peuvent faire partie intégrante d'un noyau important dans le futur. D'abord parce qu'il en a les qualités. Puis j'espère parce qu'il démontrera qu'il en a envie. Ce qui le touche dans sa vie privée ne me regarde pas. Je n'ai qu'une décision sportive à prendre. Nicolas Anelka explique dans France-Soir que si vous aviez été sélectionneur des Bleus en Afrique du Sud, jamais les joueurs n'auraient eu un tel comportement... Ce n'était pas moi le sélectionneur. C'est une autre discussion. J'ai bien lu ses propos. Lui aussi se rend compte que cette histoire a eu beaucoup d'impact, il en est à la base. Actuellement, c'est cette liste pour la Norvège qui m'intéresse. On verra par la suite. Je n'ai pas d'éléments qui me permettent de dire qu'Anelka ne sera plus sélectionné en équipe de France. Quand il y aura des éléments nouveaux, on avisera. Pour ce qui concerne les 23, pour l'instant il n'y a rien de décidé. Je ne sais pas qui j'aurais à ma disposition le 3 septembre. Attendons les décisions du conseil fédéral, vendredi. On en discutera après. Ce qu'il s'est passé en Afrique du Sud, on ne pourra pas le gommer. C'est une cicatrice. Si on veut sanctionner, il faut faire attention. Je suis devenu sélectionneur pour atteindre des objectifs. Et j'espère que j'aurais toute mes forces à disposition. Il ne faudrait pas punir pour solder un exercice dramatique, et qu'on se pénalise pour l'exercice suivant, l'Euro 2012. Il n'y a que les résultats et les victoires qui pourront gommer l'Afrique du Sud. "Quand on veut rebâtir, on le fait avec les jeunes" Votre liste fait la part belle à la jeunesse. N'avez-vous pas été tenté de faire appel à des joueurs plus expérimentés comme Escudé, Boumsong, Landreau ? Le train est-il définitivement passé pour ces joueurs-là ? Non, le train n'est pas définitivement passé. Mais quand on veut rebâtir ou donner de l'espoir, on le fait avec les jeunes. Ils s'avèrent que dans cette liste il y a beaucoup de jeunes joueurs, des joueurs de 23, 24, 25 ans, mais ça ne veut pas dire que certains sont bannis ou qu'on ne les reverra plus en matches internationaux. Et puis, certains sont jeunes en âge mais ont assez d'expérience pour pouvoir prétendre à jouer au niveau international. Quant aux joueurs d'expérience, je sais ce qu'ils valent, je les connais, je les connais même très bien. Ceux qui sont dans cette liste-là, je veux voir ce qu'ils donnent au niveau international. Pour la suite... Est-ce qu'il y aura deux organisations différentes pour le match face à la Norvège ? Suivant le déroulement du match, il y aura peut-être des décisions de prises. Mais j'aimerais effectivement pouvoir expérimenter deux organisations différentes. J'espère en avoir la possibilité, suivant le fil du match. Je ne vais pas inventer un système. Ils seront bien définis, notamment celui de départ. Allez-vous essayer de dialoguer avec les joueurs qui étaient en Afrique du Sud entre ce match de la Norvège et les deux du mois de septembre ? On a établi un calendrier pour aller voir beaucoup de joueurs après le match de la Norvège. Tous les joueurs de cette liste (celle contre la Norvège, ndlr). En France, mais aussi à l'étranger. J'espère pouvoir dialoguer avec les entraîneurs des clubs respectifs. Votre prédécesseur était très léger dans cette démarche... Je ne suis pas là pour commenter ce qui a été fait avant. Il y a eu un mode de fonctionnement. J'aimerais que le mien se mette en place dans les deux prochaines saisons. Dès qu'un membre du staff ira voir un match, l'entraîneur en sera averti. J'aimerais que l'observateur puisse avoir un débriefing avec lui le soir du match ou le lendemain. Il faut que ce soit constructif. Les informations que je recherche, seul un entraîneur pourra me les donner. J'espère que les entraineurs de Ligue 1 se donneront les moyens de pouvoir débriefer un quart d'heure avec l'observateur. J'aimerais que ce soit professionnel. J'ai besoin d'informations sur les joueurs. Elles peuvent venir des entraineurs, des préparateurs physiques, des entraineurs des gardiens. Il faut avoir un peu de temps pour discuter.