Karabatic: "Des facteurs défavorables"

  • A
  • A
Karabatic: "Des facteurs défavorables"
Partagez sur :

Plombé d'entrée par une défaite devant Hambourg avant de réagir contre Savehof, Montpellier effectue samedi un périlleux déplacement à Veszprem, leader du groupe B et quasiment imprenable sur ses terres. Nikola Karabatic, joint juste avant l'envol des Héraultais en Hongrie, s'attend à une réception délicate, mais n'espère rien d'autre que la victoire. Même s'il concède que l'objectif Ligue des Champions demeure encore un petit peu haut pour son équipe cette saison.

Plombé d'entrée par une défaite devant Hambourg avant de réagir contre Savehof, Montpellier effectue samedi un périlleux déplacement à Veszprem, leader du groupe B et quasiment imprenable sur ses terres. Nikola Karabatic, joint juste avant l'envol des Héraultais en Hongrie, s'attend à une réception délicate, mais n'espère rien d'autre que la victoire. Même s'il concède que l'objectif Ligue des Champions demeure encore un petit peu haut pour son équipe cette saison. Nikola, quel bilan dressez-vous du début de saison de Montpellier ? Ce n'est pas facile de dresser un bilan après si peu de matches. Celui contre Chambéry lors du Trophée des Champions (victoire 32-30 après prolongation, ndlr) a été compliqué, mais on a quand même gagné nos autres matches avec, la plupart du temps, un écart significatif. Il n'y a que contre Hambourg où, après une bonne première mi-temps, on est passé à côté de la seconde. L'équipe dégage néanmoins moins de sérénité qu'en début de saison dernière... Peut-être, mais il ne faut pas oublier que nous avons beaucoup de blessés (Hmam, Hammed et Joli de longue durée notamment, ndlr), ce qui n'était pas le cas à la même époque l'an dernier. C'est pour nous un gros handicap. On tourne avec davantage de jeunes, mais cela influe forcément sur nos performances. N'avez-vous pas l'impression que certains de vos coéquipiers comptent trop sur vous et que lorsque vous êtes en difficulté, comme en seconde période contre Hambourg, l'équipe a du mal à performer ? Non je ne crois pas. Contre Hambourg, on fait une bonne première période, mais on manque quand même des tirs faciles, qui auraient dû nous permettre de mener avec un plus gros écart à la mi-temps. Après le repos, on rate tout dans les dix premières minutes, mais à ce moment-là ce n'est pas moi qui rate. J'ai connu beaucoup d'échecs ensuite, donc il n'y pas de lien entre ma baisse de régime et celle de l'équipe. "Veszprem, une salle où personne ne gagne..." Comment expliquez-vous qu'une équipe expérimentée comme la votre puisse craquer comme cela ? On a un peu paniqué. On s'est précipité. D'une manière générale, j'étais surpris de notre seconde période. On manquait tout ce que l'on voulait, nos tirs, nos passes, certains arrivaient directement en touche, on faisait des passages en force... Plus rien ne fonctionnait. Cela vous inquiète-t-il ? Non, j'y vois même du positif quand je vois que l'on ne perd que de quatre buts contre Hambourg en faisant une telle deuxième période. Il faut aussi dire qu'eux non plus n'ont pas sorti un grand match. Notre équipe demeure tout de même encore assez jeune et a encore des lacunes. Notamment sur le poste d'arrière droit où Adrien (Di Panda) est encore irrégulier et où Branko (Obradovic) a un peu de mal. A gauche, Wissem (Hmam) étant absent, William (Accambray) doit devenir plus constant. Il est capable de sortir de gros matches, mais manque encore de régularité. Et il ne faut pas se le cacher, si on veut jouer dans la cour des grands, on a besoin d'avoir tous nos joueurs à leur meilleur niveau. Après vous être bien repris le week-end dernier contre Savehof, se profile samedi un déplacement très difficile à Veszprem... Oui, là où l'on trouve l'une des plus grosses ambiances en Europe, si ce n'est la plus grosse. C'est une salle où personne ne gagne, ce sera donc plus que difficile de ramener un résultat. Eux sont au complet et à fond actuellement alors que nous connaissons pas mal de soucis. Mais il nous faut des points, et si l'on veut récupérer ceux perdus à domicile contre Hambourg et tenter de finir dans les deux premiers du groupe, il nous faut une grosse victoire à l'extérieur. On va donc là-bas pour gagner, c'est tout ce qui compte pour moi. L'objectif du club de remporter la Ligue des Champions est-il d'actualité cette saison ? Cette saison il y a pas mal de facteurs défavorables. Nous avons de gros soucis avec nos gauchers, notamment en raison des blessures (Hammed et Joli, ndlr). Notre groupe est bien plus difficile que celui de l'an dernier. Si l'on termine troisième ou quatrième, on sera en grand danger en huitièmes de finale. L'objectif du titre européen, et même celui du Final Four, est à court terme, mais il nous faut encore progresser. Nous devons éviter de trop penser à tout ça et seulement nous concentrer pour apprendre jour après jour.