Karabatic, ce héros

  • A
  • A
Karabatic, ce héros
Partagez sur :

Elu meilleur joueur du Championnat du monde dimanche matin, alors qu'il n'avait pas livré que des prestations parfaites, Nikola Karabatic a rendu la pareille au Danois Mikkel Hansen tout au long de la finale remportée à l'arraché par les Français à Malmö (37-35, a.p.). Le demi-centre des Bleus, capable d'inscrire dix buts et de distiller cinq passes décisives, a porté les Experts vers leur quatrième titre mondial.

Elu meilleur joueur du Championnat du monde dimanche matin, alors qu'il n'avait pas livré que des prestations parfaites, Nikola Karabatic a rendu la pareille au Danois Mikkel Hansen tout au long de la finale remportée à l'arraché par les Français à Malmö (37-35, a.p.). Le demi-centre des Bleus, capable d'inscrire dix buts et de distiller cinq passes décisives, a porté les Experts vers leur quatrième titre mondial. Il avait gardé le meilleur pour la fin. Nikola Karabatic, la figure emblématique du handball français, a réussi lors de la finale son meilleur match du Championnat du monde. Il avait été bon, parfois brillant, depuis les premiers pas de l'équipe de France en Suède, il a été excellent dimanche dans le combat face au Danemark remporté au bout du suspense à Malmö (37-35, a.p). "J'avais envie d'être bon, nous a-t-il confié. Les finales, c'est là qu'il faut être bon. C'est là que l'on voit les meilleures équipes et les meilleurs joueurs. J'avais à coeur de bien jouer. De montrer à tout le monde qu'on mérite ce titre. Avec tout ce qui est fait autour de nous. Je suis vraiment très content." Avec dix buts marqués, dont celui qui a permis aux Bleus de recoller à 33-33 en prolongation quand les Danois venaient de prendre pour la première fois l'avantage au score, le demi-centre a justifié sur un match son titre de meilleur joueur du tournoi. Une récompense individuelle dont il avait pris connaissance en matinée dimanche. "Mon père me l'avait dit, et en plus ça passait à la télé, expliquait-il dans un grand sourire. J'avais encore plus de pression. Tu te dis qu'il va falloir le justifier. J'ai essayé de ne pas trop y penser et de juste bien jouer." Mission accomplie. Alors que Bertrand Gille et Michaël Guigou avaient porté les Experts contre la Suède deux jours plus tôt, Karabatic a guidé littéralement l'équipe vers son quatrième grand titre consécutif. "Je suis sur un nuage" Cette rencontre face aux Danois, durant laquelle il a livré un vrai match dans le match avec Mikkel Hansen (10 buts), le joueur de Montpellier l'a illuminée de toute sa vista, malgré un petit passage délicat en deuxième période quand il a enchaîné une perte de balle et un tir non cadré. Mais c'est dans les valeurs du collectif que l'étoile du handball tricolore est allée puiser quand les forces commençaient à lui manquer lors de cette fin de match échevelée. "Tu as tout donné pendant 60 minutes, t'es mort et il faut rejouer dix minutes. C'était très dur mais on est allé chercher cette victoire au fond de nos tripes. C'était magnifique." Heureux et fier d'avoir une nouvelle fois répondu présent dans un grand rendez-vous, Karabatic, qui compte désormais un titre olympique, deux titres mondiaux et d'Europe, planait littéralement avant d'aller fêter cette énième médaille d'or avec ses coéquipiers dans la nuit suédoise. "Je suis sur un nuage à la fin du match. Je demandais à mes coéquipiers si on l'avait vraiment fait. C'est indescriptible. C'est tellement beau de partager ça avec ses coéquipiers." Cette notion du collectif, toujours si chère à ses yeux. "C'est ça qui est beau dans le sport collectif, de pouvoir porter le collectif en faisant des actions individuelles." Voilà résumée la soirée du meilleur joueur de ce Mondial 2011.