Joyon ouvre la Mauricienne

  • A
  • A
Joyon ouvre la Mauricienne
Partagez sur :

VOILE - Francis Joyon tentera d'établir un temps de référence à la voile entre Port-Louis (Morbihan) et Port-Louis (Ile Maurice).

Francis Joyon est en stand-by ! Le skipper français tentera, dans les prochains jours et à bord de son maxi-trimaran IDEC, d'établir un temps de référence à la voile entre Port-Louis (Morbihan) et Port-Louis (Ile Maurice). A une moyenne de quinze noeuds, l'actuel détenteur du record du monde en solitaire estime pouvoir courir la Mauricienne en moins de 25 jours.En route vers de nouvelles aventures ! Ce mardi, à l'occasion d'une conférence de presse à Paris, au siège de son sponsor, le groupe IDEC, Francis Joyon a annoncé son prochain grand défi océanique. Le navigateur français s'élancera dans les prochains jours, dès jeudi si la météo le permet, pour un nouveau record à la voile en solitaire entre Port-Louis, dans le Morbihan, et 9.000 miles plus loin, Port-Louis, capitale de l'Ile Maurice. L'actuel détenteur du record du monde en solitaire, en 57 jours, 13 heures, 34 minutes et 6 secondes, empruntera ainsi, à bord de son maxi-trimaran, la route des Indes, baptisée la Mauricienne.Si cette tentative, qui sera validée et homologuée par le World speed sailing race council (WSSRC), entrera dans la liste des vingt parcours comptant pour le Championnat du monde des records océaniques, elle s'inscrit également dans une démarche historique. En effet, le skipper originaire de Hanches, dans l'Eure-et-Loir, suivra les traces de grands découvreurs de routes maritimes commerciales tels que Bartolomeo Diaz, Robert Surcouf, Vasco de Gama, ou encore François Bertrand Mahé de la Bourdonnais. La Route de la Découverte, l'Atlantique puis le Rhum ?"C'est un beau parcours. La distance est intéressante du fait que l'on arrive à l'équivalent de trois transatlantiques avec un rythme de tour du monde, détaille Francis Joyon. Cela ressemble d'ailleurs furieusement à un tour du monde, puisqu'il y a la descente de l'Atlantique et le passage délicat du cap de Bonne-Esperance." La variété météorologique intéresse également fortement le skipper: "On va passer de l'automne en Bretagne, à l'équateur, aux tropiques. Après, il faut passer au sud de Bonne-Espérance, on peut même être amené à passer très, très sud et descendre jusqu'à la limite des icebergs. Puis remonter sur l'Ile Maurice." Après une année plutôt calme, Francis Joyon repart donc en quête de records avec toujours "la passion de naviguer en accord avec les éléments". Tout simplement. Et ce n'est pas terminé ! Car après cette Mauricienne au mois d'octobre, suivront une tentative de record sur la Route de la Découverte entre Cadix et San Salvador au mois d'avril-mai (record qu'il détient en 9 jours 20 heures et 35 minutes), et une sur la traversée de l'Atlantique Nord entre New York à Cap Lizard, propriété de son grand rival Thomas Coville (5 jours 19 heures et 29 minutes). Après cela, Francis Joyon pourrait revenir quelques années en arrière en renouant avec la compétition au large, puisqu'il n'exclut pas de participer à la Route du Rhum, même s'il se pose des questions d'ordre écologique, compte tenu du fait que la transat entre Saint-Malo et Pointe-à-Pitre est de nouveau ouverte sans limitation de taille. Ce qui pourrait proposer "une confrontation intéressante et amusante" avec Thomas Coville (Sodebo), Franck Cammas (Groupama 3) et Yann Guichard (Gitana 11). Tout un programme...