Journée noire pour Sastre, Evans et Menchov

  • A
  • A
Journée noire pour Sastre, Evans et Menchov
Partagez sur :

Victorieuse du contre-la-montre par équipes disputé à Montpellier mardi, l'équipe Astana a pris les devants dans ce Tour de France 2009. Lance Armstrong et Alberto Contador ont en effet gagné de précieuses secondes sur leurs principaux rivaux Carlos Sastre, Cadel Evans et Denis Menchov, qui se retrouvent au pied du mur avant même les premières étapes de montagne.

Victorieuse du contre-la-montre par équipes disputé à Montpellier mardi, l'équipe Astana a pris les devants dans ce Tour de France 2009. Lance Armstrong et Alberto Contador ont en effet gagné de précieuses secondes sur leurs principaux rivaux Carlos Sastre, Cadel Evans et Denis Menchov, qui se retrouvent au pied du mur avant même les premières étapes de montagne."On m'a dit qu'il y avait de l'huile sur la route..." L'équipe Astana n'était pas encore en piste pour sa démonstration de force qu'Alain Gallopin, le directeur sportif du team aux couleurs kazakhes, s'inquiétait en constatant l'hécatombe montpelliéraine. Menchov, Ballan, Van den Broeck, Terpstra, pas moins de la moitié de la formation Bouygues et bien d'autres encore ont en effet perdu les pédales lors de ce contre-la-montre par équipes couru sur 39 km dans l'Hérault.Sans aller jusqu'à l'extrême Bouygues, le team français, d'abord ralenti par les changements de monture de Voeckler et Lefevre, s'étant illustré avec fracas par une chute collective dans un virage mal négocié – Bonnet, Arashiro, Haddou et Rolland sont alors partis dans le décor – avant de subir une crevaison du malheureux Rolland, de lourdes armadas telles que Rabobank et Silence-Lotto ont perdu gros ce mardi. Et particulièrement leurs leaders.Sastre, Evans et Menchov déjà distancés Victime d'une chute dès les premiers virages, dans le centre-ville montpelliérain, Menchov compte ainsi parmi les grands perdants du jour. Déjà limite dans le contre-la-montre monégasque et piégé lundi par la bordure qui a tant fait couler d'encre au sujet d'Armstrong, le leader russe de la Rabobank pointe ce soir en 72e position, à 3'52 de la tête. Un gouffre qui lui sera sans doute difficile à combler dans des Pyrénées qui se devinent déjà à l'horizon. Autre favori présumé déjà en grosses difficultés, Evans, s'il s'en sort un peu mieux, accuse quant à lui un retard de 2'59 sur le tandem Cancellara-Armstrong au classement général. Lesté par une équipe absolument pas taillée pour relever des défis aussi brutaux que le contre-la-montre, l'Australien du team Silence-Lotto a ainsi franchi la ligne d'arrivée avec un seul de ses lieutenants dans son sillage. "Ce sera une grosse bataille pour Cadel s'il veut remonter au classement général", confiait à l'arrivée son directeur sportif Hendrik Redant. Un souci d'unité que n'ont pas connu les frères Schleck, troisièmes avec la Saxo Bank malgré les quelques signes de faiblesse de Frank. Enfin Sastre, le lauréat du Tour 2008, a perdu plus de 1'30 dans la bagarre avec le team Cervelo. Le voilà désormais relégué à 2'44 des patrons du peloton. Astana, au vu des dégâts, a encore frappé fort!