Joue-la comme Paris

  • A
  • A
Joue-la comme Paris
Partagez sur :

"Gagner et toujours gagner, c'est notre leitmotiv." A en croire Antoine Kombouaré, le PSG n'a aucune intention de sacrifier la Coupe de la Ligue, mercredi soir à Dijon, décidé à entretenir la dynamique victorieuse qui lui vaut d'occuper pour l'heure la tête du championnat de France. Nombre de cadres parisiens devraient tout de même être ménagés sur la pelouse de Gaston-Gérard.

"Gagner et toujours gagner, c'est notre leitmotiv." A en croire Antoine Kombouaré, le PSG n'a aucune intention de sacrifier la Coupe de la Ligue, mercredi soir à Dijon, décidé à entretenir la dynamique victorieuse qui lui vaut d'occuper pour l'heure la tête du championnat de France. Nombre de cadres parisiens devraient tout de même être ménagés sur la pelouse de Gaston-Gérard. Doit-il y avoir dilemme ? Leader de la Ligue 1 à la faveur d'une série en cours de cinq succès, le PSG peut voir de deux manières différentes le huitième de finale de Coupe de la Ligue qui se profile mercredi soir: une occasion de souffler un peu ou, au contraire, d'entretenir une dynamique victorieuse chère à Antoine Kombouaré. "Gagner et toujours gagner: c'est notre leitmotiv pour avancer, prévient l'entraîneur parisien. Ce sera un match de coupe, un match couperet. Dans cette compétition, on n'a pas le droit de se rater : on doit répondre présents le jour J pour continuer. Sinon..." Dans la bouche du technicien kanak, la donne est simple, le PSG n'a pas à calculer. Mercredi soir, c'est dans le but de s'imposer que le club de la capitale se déplacera à Dijon, sur le terrain d'une équipe dominée trois jours plus tôt, à Paris, dans le cadre du championnat (2-0). "Il ne s'agit pas de la même compétition et le contexte sera différent, dixit Kombouaré, mardi, en conférence de presse. Dijon jouera à domicile et voudra se racheter de sa défaite contre nous, en championnat. Ils n'ont pas eu le sentiment d'être récompensés des efforts fournis au Parc des Princes dimanche, donc ils nous attendront de pied ferme. On se prépare à jouer un grand Dijon, c'est bien, mais de notre côté, nous nous déplacerons avec l'ambition de ne pas nous laisser faire et de gagner." Dans les faits néanmoins, l'ancien entraîneur de VA sait qu'il doit ménager son équipe pour aller le plus loin et le plus haut possible cette saison. Ces trois dernières années, les lauréats du trophée ont toujours bien figuré en L1 (Bordeaux et Marseille ont été sacrés en 2009 et 2010 et l'OM a terminé 2e en 2011) mais cela n'a pas toujours été le cas. Vainqueurs de la Coupe de la Ligue il y a quatre ans, les Parisiens peuvent en témoigner, eux qui finirent l'exercice 2007-2008 au bord du gouffre, en 16e position. Kombouaré n'est pas démuni "Ce qui m'intéresse, c'est d'aligner la meilleure équipe possible. Tout est envisageable. Les solutions sont dans le groupe, il y a des joueurs polyvalents, souligne Antoine Kombouaré. Le niveau demandé au PSG est très élevé et les jeunes de l'effectif le savent. La chance qu'ils ont, c'est qu'ils progressent aux côtés de joueurs de grande qualité. Mais il faut encore faire plus s'ils veulent jouer davantage. C'est la règle du haut niveau." Des espoirs franciliens tels que Kebano et Bahebeck devraient ainsi avoir leur chance, mercredi, sur la pelouse de Gaston-Gérard. Chantôme forfait, Jallet et Tiéné alertés et Pastore et Ménez éprouvant certainement le besoin de lever un peu le pied, c'est une formation rafraîchie, à n'en pas douter, qui défendra les couleurs de Paris devant le DFCO. Promis à un rang de titulaire en coupes, Douchez pourrait bien régner sur une arrière-garde composée de Ceara, Camara, Sakho et Armand - Bodmer et Sissoko postulant eux à une place au milieu. Devant, Erding trouvera assurément du temps de jeu, avec ou sans Gameiro à ses côtés selon le dispositif adopté par Kombouaré. Autant dire que le PSG ne manquera pas d'atouts pour franchir le cap de ces huitièmes de finale. A ce stade de la saison, Paris a encore les moyens de ne pas choisir ses compétitions.