Joubert revient sur terre

  • A
  • A
Joubert revient sur terre
@ Reuters
Partagez sur :

JO 2010 - "Je ne suis pas moi-même", déplore le Français, également tancé par sa Fédé.

JO 2010 - "Je ne suis pas moi-même", déplore le Français, également tancé par sa Fédé. Au lendemain de son énorme déconvenue lors du programme court des Jeux, avec une 18e place à la clé, Brian Joubert n'a pas fait montre d'une grande sérénité mercredi, à l'issue de l'entraînement du programme libre, qui aura lieu jeudi (dans la nuit de jeudi à vendredi en France). "Mes problèmes ne viennent pas de la patinoire mais de ma vie personnelle. J'ai perdu beaucoup d'énergie à l'extérieur de la patinoire, a-t-il concédé, sans préciser la nature de ses "problèmes" personnels. Après être passé, j'étais seul dans le vestiaire et j'ai réfléchi. Plus tard, en rentrant à la maison, j'ai parlé à ma mère. Je dois changer certaines choses dans mon attitude. Depuis deux ans, mon attitude n'est pas ce qu'elle devrait être, je ne suis plus la même personne. Je ne suis pas moi-même." Du côté de la Fédération française des sports de glace, on avance une explication. "Quand on a fait un bon travail, on a gagné de la confiance. Or là, il n'était pas confiant parce qu'il n'a pas assez travaillé comme il aurait dû le faire de longue date. L'excellent travail qu'il fait depuis un mois et demi est largement insuffisant pour lutter à ce niveau de performance", explique ainsi Didier Gailhaguet, avant de continuer, sans épargner son patineur : "Ce matin, je lui ai dit: «On ne continue pas comme ça. On t'a proposé de partir travailler pendant six à huit mois avec Brian Orser, entraîneur de Yu-Na kim, et Kurt Browning, deux icônes du Canada. Tu as refusé. Tu as fait tes choix, on a eu du mal à les digérer». Ce n'était pas un sacrifice énorme. On aurait pu négocier des périodes de retour. Il n'a pas voulu." Les Mondiaux 2012 comme objectif Le Poitevin, dont la déception dans le kiss and cry de la patinoire de Vancouver a fait le tour du monde - "Putain de Jeux olympiques de merde, je n'y arriverai pas" - est au final passé pour la troisième fois à côté de ses Jeux Olympiques (12e à Salt Lake City, 6e à Turin). Néanmoins, le champion du monde 2007, âgé de 25 ans, n'entend pas quitter la scène sur une mauvaise impression. "Je me suis engagé à être présent en 2012 (aux Mondiaux de Nice), souligne-t-il. Je veux finir ma carrière sur une bonne note, avec un autre titre de champion du monde et un titre européen." Un futur qui nécessite toutefois quelques changements de comportement, selon Didier Gailhaguet, toujours aussi dur avec son patineur : "Il a pris conscience de l'inefficacité de certains de ses choix. Il en a déduit qu'il fallait désormais mieux travailler en équipe avec la Fédération plutôt que d'essayer de prouver au monde entier qu'il avait raison sur tout et tout le temps". Un président en colère, qui conserve toutefois toute son estime pour Joubert, et l'assure même de son soutien :"Il est adorable. C'est pour ça qu'on va pas le laisser tomber. Brian est un gars bien. Il fait son mariole par moment mais fondamentalement, c'est un type bien".