Joubert retrouve le sourire

  • A
  • A
Joubert retrouve le sourire
@ Reuters
Partagez sur :

PATINAGE - Après son échec aux JO, Brian Joubert est pour l'instant 3e des Mondiaux.

PATINAGE - Après son échec aux JO, Brian Joubert est pour l'instant 3e des Mondiaux. Oublier Vancouver. Toucher le fond mais savoir rebondir. C'était avec cette idée en tête que Brian Joubert abordait ces championnats du monde de Turin. Effacer les souvenirs de son échec olympique en reprenant immédiatement la compétition. Et au vu du large sourire qu'il arborait à l'issue de son programme court ce mercredi, force est de constater que le Poitevin a réussi son pari. Sur une musique de Safri duo, il a livré une prestation de qualité, aérienne et sans grosse faute, ponctuée d'un point rageur. Joubert, qui semblait lui-même ne pas en revenir, pouvait saluer la foule. Dans une compétition dépourvue des grands cadors de la discipline que sont Evgueny Plushenko, Stéphane Lambiel et le champion olympique Evan Lysacek, Joubert possède clairement le potentiel pour une médialle, même en or. Avant le programme libre, le seizième des JO de Vancouver est actuellement troisième avec une note de 87.70, tout proche son record personnel (88.55). Il talonne de près le Canadien Patrick Chan (87.80), vice-champion du monde l'an passé, et l'impressionnant Japonais Daisuke Takahashi (89.30), médaillé de bronze à Vancouver derrière Plushenko et Lysacek. Une joie de Brian Joubert qui contraste avec la déception de l'autre Tricolore, Florent Amadio. Loin des promesses de Vancouver, le jeune Parisien (19 ans) a commis deux petites erreurs dans son programme court qui l'ont relégué à la quinzième place, avec une note de 68.31. Il n'a d'ores-et-déjà plus grand-chose à espérer. Joubert, au contraire, possède une avance confortable sur le Japonais Kozuka, quatrième (84.20). Sauf rechute, il devrait pouvoir décrocher un sixième podium en championnat du monde, le cinquième consécutif dans une compétition qui lui sourit tellement plus que les JO. Et Joubert peut même lorgner sur l'or, qu'il était allé chercher en 2007, devant un certain Takahashi...