Jonquères d'Oriola est parti

  • A
  • A
Jonquères d'Oriola est parti
Partagez sur :

Pierre Jonquères d'Oriola, double champion olympique de saut d'obstacles, est décédé mardi à l'âge de 91 ans dans sa propriété de Corneilla-del-Vercol (Pyrénées-Orientales), son village natal. Le plus grand cavalier français de tous les temps, cousin par alliance de l'escrimeur Christian d'Oriola, avait notamment glané la seule médaille d'or française des Jeux de Tokyo en 1964, avant d'être sacré champion du monde en 1966.

Pierre Jonquères d'Oriola, double champion olympique de saut d'obstacles, est décédé mardi à l'âge de 91 ans dans sa propriété de Corneilla-del-Vercol (Pyrénées-Orientales), son village natal. Le plus grand cavalier français de tous les temps, cousin par alliance de l'escrimeur Christian d'Oriola, avait notamment glané la seule médaille d'or française des Jeux de Tokyo en 1964, avant d'être sacré champion du monde en 1966. Le décès de Pierre Jonquères d'Oriola, c'est tout simplement un des plus grands palmarès du sport français qui s'en va. Ses principaux faits de gloire resteront ses deux titres olympiques décrochés à 12 ans d'intervalle, à Helsinki en 1952 puis à Tokyo en 1964, mais la carrière du Catalan a été parsemée de tellement d'autres titres qu'il est impossible d'en établir un décompte précis. Selon les chiffres avancés par L'Indépendant, Jonquères d'Oriola a remporté plus de 500 victoires en 25 ans de carrière. Mais comme pour la plupart de ses camarades d'autres sports sous-médiatisés, ce sont donc les JO qui l'ont révélé à la France. Et plus particulièrement ceux de Tokyo, puisqu'il y a remporté la seule médaille d'or tricolore lors du dernier jour de compétition - tous sports confondus - le 24 octobre 1964. Le pays le connaissait aussi pour ses liens de parenté avec l'escrimeur Christian d'Oriola, dont il était le cousin par alliance. Décidément une famille bénie, puisque ce dernier avait été quadruple champion olympique de fleuret (individuel en 1952 et 1956, par équipes en 1948 et 1952). Ali Baba et Lutteur B, montures dorées Comme un cavalier n'est rien sans ses montures, l'hommage doit également être rendu à Ali Baba et Lutteur B, ses deux chevaux avec lesquels il décrocha ses deux succès olympiques. Avec Pomone B, Jonquères d'Oriola est ensuite devenu le premier Français de l'histoire à être sacré champion du monde de saut d'obstacles individuel, en 1966 à Buenos Aires. Vice-champion olympique par équipes en 1964 et 1968, il fut également champion de France à quatre reprises, en 1954, 1956, 1958 et 1959, et recordman du... saut en hauteur à cheval en 1936, à l'âge de 16 ans. Natif en 1920 de Corneilla-del-Vercol, un petit village rural typique de sa Catalogne (à une vingtaine de kilomètres de Perpignan), Jonquères d'Oriola avait repris l'activité historique de la famille, à savoir la viticulture. Amoureux de ses terres et de sa région, le plus grand cavalier français de tous les temps résidait toujours à Corneilla, où il a terminé sa vie en paix. Membre d'une famille anoblie sous Louis XV, il a pu partir fier, avec le sentiment d'avoir largement rendu à la France ce que celle-ci lui avait apporté.