John Terry poursuivi pour racisme

  • A
  • A
John Terry poursuivi pour racisme
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Le parquet britannique a annoncé mercredi qu’elle poursuivait le capitaine anglais.

Nouveau coup dur dans la carrière de John Terry. Le célèbre footballeur anglais va être poursuivi pour racisme, a annoncé le parquet britannique mercredi. Le capitaine de l’équipe d’Angleterre et de Chelsea est accusé d’avoir proféré des insultes racistes à Anton Ferdinand, un joueur des Queens Park Rangers lors d’un match de championnat le 23 octobre.

Plusieurs vidéos, qui ont fait le tour d’Internet, laissent peu de toute quant au contenu des propos de John Terry envers Anton Ferdinand. Mais le joueur jure que ses paroles ont mal été interprétées (voir la vidéo ici)

"La possibilité d'une condamnation est réaliste"

"Je croyais qu'Anton m'accusait d'avoir utilisé une insulte raciste, s'est-il ensuite défendu. Je répondais avec agressivité, lui disant que je n'avais pas employé ce terme." Il explique même avoir dit : "Anton, je n'ai jamais dit que..."

Cette ligne de défense n'a pas convaincu le procureur, qui a tranché suite aux enquêtes ouvertes par la Fédération anglaise de football et Scotland Yard. "Après avoir étudié tous les éléments de preuve, j'estime que la possibilité d'une condamnation est réaliste   et qu'il est dans l'intérêt public de poursuivre dans cette affaire", a précisé Alison Saunders.

"Laver mon honneur"

Mercredi, le joueur a redit sa déception d’être au centre d’une telle affaire. "J'espère pouvoir avoir la chance de laver mon honneur très rapidement. J'ai participé à des campagnes contre le racisme et je pense qu'il n'y a pas de place pour cela dans notre société", a-t-il ajouté, selon le compte Twitter de Julien Laurens, journaliste français basé à Londres. Dans un communiqué, le club de Chelsea a indiqué qu'il soutenait son joueur.

John Terry, excellent défenseur sur le terrain, est également un coutumier des faits divers. La presse britannique se délecte des frasques de sa famille. Que ce soit son père, dealer de cocaïne arrêté en flagrant délit, ou sa mère, attrapé pour vol à l'étalage dans les magasins, le nom Terry est omniprésent.

Le clou date de janvier 2010. Le joueur de 30 ans avait défrayé la chronique en flirtant avec l'ex-femme de son meilleur ami, le footballeur Wayne Bridge. Surnommée "Terrygate", cette affaire obligea le défenseur à ne plus porter pendant quelque temps le maillot de la sélection anglaise. A 31 ans, avec cette nouvelle affaire, le joueur risque de mettre en péril sa carrière sportive, riche de neuf trophées avec le club londonien.