JO 2012 : Paris a perdu à cause de Chirac ?

  • A
  • A
JO 2012 : Paris a perdu à cause de Chirac ?
@ REUTERS
Partagez sur :

LA POLITIQUE EN SHORT - Une petite phrase de l'ancien président aurait pu faire la différence...

Avec des si, Paris aurait peut-être eu les JO... C'est en tout cas ce que raconte Sebastian Coe, l'organisateur des Jeux olympiques de Londres dans un livre. Selon l'ancien athlète anglais, Jacques Chirac aurait été intimidé par Cherie Blair, l'épouse de l'ancien Premier ministre britannique Tony Blair, juste avant son discours. Petit incident, grandes conséquences ?

Dans un livre, dont le Times publie lundi des extraits, le président du comité d'organisation des JO de Londres rapporte qu'à l'occasion d'une réception cruciale en 2005 à Singapour Mme Blair a apostrophé Jacques Chirac sur ses commentaires sur la cuisine britannique.

"Vous ne pouvez pas vous fier à à un peuple qui cuisine aussi mal"

Cherie Blair a hurlé "comme un putois", provoquant le départ précipité du président français avant qu'il ait eu la possibilité de tenter de convaincre des responsables du CIO de voter en faveur de la candidature de Paris, selon Sebastian Coe. "Au dessus du brouhaha sa voix a résonné haut et fort. 'D'après ce que j'ai compris, vous avez dit des choses grossières à propos de notre nourriture', lui a-t-elle lancé. "Son mari, qui pouvait l'entendre aussi bien que moi, s'est opportunément éloigné", ajoute le double médaillé d'or olympique sur 1.500 mètres (1980 et 1984).

Mais au fait, c'est quoi cette fameuse petite phrase prononcée ? "Vous ne pouvez pas vous fier à à un peuple qui cuisine aussi mal que ça", aurait lancé Chirac lors d'un sommet du G8 en Ecosse, devant le leader russe Vladimir Poutine et le chancelier allemand Gerhard Schroeder. Et de rajouter : "après la Finlande, c'est le pays qui possède la plus mauvaise nourriture".

On ne saura jamais si cette petite phrase a changé la donne. Mais toujours est-il que Paris était favori avant cette réunion à Singapour. Et après le discours de Tony Blair et le blanc de Chirac, Londres l'a emporté sur le fil (54 voix à 50). Mais si...