Jeunes et insouciantes

  • A
  • A
Jeunes et insouciantes
Partagez sur :

A vos marques, prêtes, JO ! L'équipe de France féminine de volley-ball démarre cette semaine sa campagne de qualification olympique, avec un tournoi de pré-qualification à Porec. Pour l'occasion, Fabrice Vial a décidé de redonner un élan de jeunesse à son groupe quitte à se passer des services de certaines cadres comme Anna Rybaczewski ou Armelle Faesch. Les Bleues lancent les hostilités, jeudi, face à la Croatie.

A vos marques, prêtes, JO ! L'équipe de France féminine de volley-ball démarre cette semaine sa campagne de qualification olympique, avec un tournoi de pré-qualification à Porec. Pour l'occasion, Fabrice Vial a décidé de redonner un élan de jeunesse à son groupe quitte à se passer des services de certaines cadres comme Anna Rybaczewski ou Armelle Faesch. Les Bleues lancent les hostilités, jeudi, face à la Croatie. Un mois après avoir quitté la tête haute le championnat d'Europe, aux portes des quarts de finale, à l'issue d'un revers encourageant face à la République tchèque (3-1), l'équipe de France s'apprête à disputer un tournoi de pré-qualification olympique en Croatie (9 au 13 nov), à Porec. Une première étape dans la longue campagne éliminatoire londonienne pour ces Bleues qui, une fois encore, n'endosseront guère un costume de favorites dans la course olympique. "La qualification pour Londres est délicate, on le sait", confesse Fabrice Vial, conscient de la lourde tâche qui attend ses protégées tant les meilleures nations internationales se bousculent au portillon. Si l'Euro serbo-italien a eu de quoi donner quelques motifs de satisfaction au sélectionneur tricolore, ce dernier a d'ailleurs procédé à un remaniement en vue des prochaines échéances olympiques. A l'instar de Philippe Blain qui avait décidé de se priver des services de son capitaine Guillaume Samica, à l'Euro, Fabrice Vial a ainsi fait le choix de se passer d'Anna Rybaczewski et d'Armelle Faesch pour les premières hostilités à Porec, face à la Croatie et la Suède. "Armelle Faesch et Anna Rybaczewski ne sont pas forcément dans les meilleures dispositions pour apporter actuellement tout ce qu'elles voudraient au groupe. Peut-être dans six mois mais aujourd'hui je comprends qu'elles soient dans une période de doute et uniquement investies avec leur club". Vial: "Les jeunes filles apportent de la qualité. Elles ne se posent pas de questions" Préconiser la jeunesse à l'expérience, tel semble être le nouveau credo de Fabrice Vial qui a vraisemblablement souhaité redonner un élan de fraîcheur à son groupe avec l'intronisation de jeunes pousses telles que la Nantaise Clémentine Druenne. Un choix parfaitement assumé par le principal intéressé. "L'intégration des jeunes joueuses a plutôt été une réussite au cours de l'été. J'ai choisi de repartir sur cette phase de qualification avec les filles qui ont une perspective d'avenir. Elles ont aussi, à leur âge, la capacité à rebondir sur ce type de tournoi et à ce moment de la saison. C'est aussi normal qu'un passage de témoin s'effectue à ce moment là, c'est une suite logique." Une cure de jouvence qui n'a pour l'heure pas porté ses fruits, en témoignent ces trois revers successifs concédés face à l'Espagne, à Barcelone, il y a dix jours. "Le bilan comptable n'est pas bon mais on aurait pu sortir avec deux victoires sachant qu'au milieu on a fait un mauvais match", relativise Fabrice Vial, pas décidé à céder à la panique avant le début des hostilités. "Les jeunes filles apportent de la qualité. Elles ne se posent pas de questions. On va progresser à chaque sortie". Promue capitaine du navire tricolore, Christina Bauer aura néanmoins fort à faire pour arriver à propulser ses jeunes coéquipières vers la victoire face à la Croatie, jeudi, avant de défier une sélection suédoise plus abordable le lendemain. Une chose est sûre, le chemin jusqu'à Londres s'annonce long et semé d'embuches pour cette équipe de France qui reste vierge de toute participation à des Jeux Olympiques.