JBAM: "Dans le vif du sujet"

  • A
  • A
JBAM: "Dans le vif du sujet"
Partagez sur :

Après un début de saison "à (leur) portée", Michel Jean Baptiste Adolphe, dit "JBAM", et les Chalonnais débutent vendredi à Nancy une série de quatre rencontres face à des "gros calibres". L'occasion pour l'ancien Parisien et ses nouveaux coéquipiers de l'Elan de confirmer leur place de leader et leur invincibilité à l'extérieur.

Après un début de saison "à (leur) portée", Michel Jean Baptiste Adolphe, dit "JBAM", et les Chalonnais débutent vendredi à Nancy une série de quatre rencontres face à des "gros calibres". L'occasion pour l'ancien Parisien et ses nouveaux coéquipiers de l'Elan de confirmer leur place de leader et leur invincibilité à l'extérieur. Michel, vous réussissez un début de saison idéal avec déjà 6 victoires en 8 matches. Vous attendiez-vous à une telle entame ? Jusqu'à présent tout se passe bien, on ne pouvait pas vraiment espérer mieux. Maintenant on fait le boulot qu'il faut, et on espère que ça va continuer. Votre entraîneur espérait 5 victoires lors de ce début de saison, vous en avez obtenu 6 et il ne vous en suffit que deux supplémentaires pour participer à la Semaine des As... On a fixé des objectifs du début de saison mais si on peut en prendre plus, on ne va pas se gêner... On veut faire le maximum et on verra bien ce qui arrive. Mais bon c'est vrai que si on remporte deux matches sur les quatre prochains on pourra participer à la Semaine des As, et ça fait aussi partie des objectifs. Retourner en play-offs, que le club a manqués l'an passé, doit également en faire partie... On pense avant tout aux matches à venir. Pour l'instant, on profite de la bonne dynamique qu'on a en ce moment pour essayer de gagner le maximum de matches possible. Et on verra lors des matches retours quels objectifs définir pour la fin de saison. Vous évoquiez les matches à venir, en ce qui vous concerne il y a quatre gros rendez-vous au programme, avec Nancy, Gravelines, Orléans et Cholet. Quelles vont être vos ambitions sur ces quatre rencontres ? Ces quatre gros matches vont nous permettre de nous fixer par rapport au championnat, en sachant que le début était plus à notre portée. Là, on va rentrer dans le vif du sujet, vu qu'on a une équipe un peu jeune avec tout de même des joueurs d'expérience, on verra si on peut rivaliser avec certains gros calibres. "Je voulais découvrir autre chose" Vous vous déplacez à Nancy vendredi, une formation qui reste sur une victoire au Mans. Comment appréhendez-vous cette rencontre qui peut vous permettre de poursuivre votre invincibilité à l'extérieur ? Nancy est une bonne équipe, qui met beaucoup de pression au poste de meneur et au niveau des ailiers. Mais on a des joueurs qui sont dans ce même registre. On va surtout tenter de faire ce que l'on fait depuis le début de saison, pour rester le plus longtemps possible invaincu à l'extérieur. Evoquons maintenant votre transfert à Chalon, vous qui avez presque tout vécu à Paris. Comment et pourquoi avez-vous effectué ce choix ? C'est avant tout un choix personnel et un choix de cadre de vie. J'ai vécu quatre ans à Paris et je voulais retourner dans un milieu plus familial. J'ai eu des contacts à gauche et à droite mais le discours de Greg Beugnot m'a convaincu de venir jouer à Chalon, le projet était vraiment intéressant. Et puis à 30 ans je voulais aussi découvrir autre chose, un autre challenge. Je n'ai pas de regrets et par rapport à Paris, j'y ai passé quatre belles années. J'y ai tout connu: la Pro B, la montée en Pro A et la qualification pour les play-offs, alors qu'on a raté la Semaine des As de peu. Mon retour (victoire 83-76 le 20 novembre, ndlr) était d'ailleurs un peu spécial, puisque c'était la première fois que je rejouais contre mon ancien club. Mais sur le terrain, il n'y a plus d'amis... Surnommé "JBAM" à Paris, vous arborez désormais ce diminutif sur votre maillot. Pour quelle raison ? Mettre "Jean Baptiste Adolphe Michel" aurait été trop long. On en a discuté avec les gens du club, afin de raccourcir le nom sur le maillot et on en est arrivé à cette solution. Car je rappelle que mon prénom est Michel et mon nom de famille Jean Baptiste Adolphe, et s'il arrive encore que l'on se trompe, ça ne me dérange pas vraiment. Un dernier mot pour finir sur ce championnat plus serré que jamais, puisque vous êtes actuellement quatre équipes en tête alors que Nancy peut revenir à votre hauteur en cas de succès vendredi. Ça ne me surprend pas vraiment. J'avais déjà parlé de ça à certains joueurs, puisque d'année en année le championnat français est de plus en plus serré. Car il y a des bons joueurs qui arrivent, d'autres qui sont partis et qui reviennent. Et à ce niveau-là il n'y a plus de petites équipes.