Jason vise la moisson d'or

  • A
  • A
Jason vise la moisson d'or
Partagez sur :

La consécration mondiale ! Jason Lamy Chappuis vise samedi à Oslo le dernier grand titre qui manque à son palmarès, un an après son titre olympique complété du globe de cristal de combiné nordique. Face à des Norvégiens survoltés, le Jurassien devra être à son meilleur niveau pour devenir le premier non Scandinave à réaliser ce Grand Chelem...

La consécration mondiale ! Jason Lamy Chappuis vise samedi à Oslo le dernier grand titre qui manque à son palmarès, un an après son titre olympique complété du globe de cristal de combiné nordique. Face à des Norvégiens survoltés, le Jurassien devra être à son meilleur niveau pour devenir le premier non Scandinave à réaliser ce Grand Chelem... Comme un symbole, Jason fait face au mythe depuis son arrivée en Norvège. Car la FIS a bien fait les choses en plaçant ces Mondiaux de ski nordique à Oslo, sur le site unique d'Holmenkollen. C'est bien à un mur, un pan d'histoire que le Jurassien s'attaque ce samedi lors de la première épreuve de combiné nordique. Auréolé de son titre olympique sur le petit tremplin à Vancouver et d'un globe de cristal 2011 quasi assuré, Jason Lamy Chappuis pourrait en effet devenir le premier non Scandinave à rafler les trois titres. Depuis 1984 et l'instauration du circuit Coupe du monde, ils ne sont que quatre à avoir réalisé ce triplé JO-Coupe du monde-Championnats du monde... Quatre dont trois Norvégiens, seulement suivi d'un Finlandais Samppa Lajunen, dernier à avoir réalisé cet exploit (voir encart). Sur l'un des plus vieux tremplins du monde, face à des Norvégiens survoltés, le Français se lance un des plus grands défis de sa carrière... Un challenge dont il avait pu goûter la portée il y a deux ans sur les pistes tchèques de Liberec. Encore considéré comme un outsider, le Français y avait glané deux médailles de bronze, affichant promesses et espoirs pour Vancouver. Depuis, Lamy Chappuis domine sa discipline et le deuxième globe de cristal est quasiment dans la poche de l'enfant de Bois d'Amont. De quoi être rassasié et peiner à retrouver un pic de forme ? Interrogé au moment d'entamer sa préparation, le Jurassien réfutait l'argument, convaincu de pouvoir tout viser :"Avant le début de la saison, l'objectif était clair: les Mondiaux. Surtout là-bas, à Oslo. Mais le calendrier de cette Coupe du monde, avec seulement sept week-ends de course, permet de viser les deux." "Il va falloir du très bon Jason" Le champion olympique sait cependant que la concurrence promet d'être rude. Certains ont clairement abdiqué en Coupe du monde et reporté leurs ambitions sur ces Mondiaux. A 35 et 33 ans, les Autrichien Félix Gottwald et Mario Stecher jouent l'une de leurs dernières cartes. Surtout, les Norvégiens ont tout misé sur ces Mondiaux à domicile. L'armada sera en plus soutenue par tout un peuple, déjà prêt à pousser derrière les siens tout le long des 10 kilomètres de ski de fond. "Les tentes sont là, notait le Jurassien sur son site internet cette semaine. Des centaines de Norvégiens vont vivre dans les bois pendant deux semaines... c'est impressionnant!" Derrière Magnus Moan, toujours aussi à l'aise en fond et de retour en forme, le jeune Mikko Kosklien montre les dents. Le directeur technique du combiné français, Nicolas Michaud, le sait, après avoir aperçu leur degré de forme lors d'un stage commun de préparation à ces Mondiaux. "Jason est leader de la Coupe du monde, il sait qu'il est attendu comme le favori, nous confiait-il cette semaine. On pense qu'il a les capacités pour gérer cela. Mais Jason n'est pas tout seul, les Norvégiens seront là, chez eux. Ils sont costauds. Moan et Kosklien sont très en forme ces dernières semaines. Pour être champion du monde ou médaillé, il va falloir du très bon Jason. Ce sera une grosse baston !" L'histoire est à ce prix...