Japon, terre de champions

  • A
  • A
Japon, terre de champions
@ Montage MAXPPP/REUTERS
Partagez sur :

F1 - Sebastian Vettel devrait être sacré dimanche sur un circuit habitué à jouer les juges de paix.

Après le Grand Prix du Japon, couru dimanche, il restera encore quatre courses à disputer. Pourtant, selon toute vraisemblance, Sebastian Vettel (Red Bull) devrait être sacré pour la deuxième année d'affilée sur le circuit de Suzuka. Par le passé, ce Grand Prix, placé en dernière ou avant-dernière position du calendrier, a souvent été le théâtre des sacres mondiaux d'immenses pilotes. Dimanche, il ne faudra qu'un seul point à Vettel pour décrocher un deuxième titre mondial. Il rejoindra alors dans la légende Alain Prost, Ayrton Senna, Mika Häkkinen ou Michael Schumacher, qui ont été titrés au Japon.

1989 : Alain Prost ne chicane pas. C'est le sommet de la rivalité entre Alain Prost et Ayrton Senna, alors coéquipiers chez McLaren. Le Brésilien est obligé de l'emporter pour espérer coiffer une deuxième couronne mondiale consécutive. Après un mauvais départ, il se retrouve derrière son coéquipier français. Au 46e tour, il tente de passer à la chicane qui précède la ligne droite des stands. Prost ne lui fait pas de cadeau et les deux voitures s'accrochent. L'Equipe titre "Senna couronne Prost". Depuis plus de vingt ans, le débat continue de faire rage pour définir la responsabilité de l'un ou l'autre pilote dans cet accident. Reparti le couteau entre les dents, Senna l'emporte (en doublant Alessandro Naninni au même endroit !) mais sera disqualifié. Après 1985 et 1986, Prost devient champion du monde pour la troisième fois.

Senna tente de doubler Prost en 1989 :

 

1990 : Senna ne plaisante plus. Un an après, et toujours à deux courses de la fin, c'est cette fois Senna qui est devant au classement des pilotes. Et c'est lui qui serait sacré en cas de double abandon. Le Brésilien demande le passage de la pole position de droite à gauche, pour éviter la partie sale de la piste. En vain. Deuxième des essais qualificatifs, Prost prend le meilleur départ. En colère contre les instances sportives et décidé à prendre sa revanche, Senna percute volontairement le Français dès le premier virage. Le pilote McLaren remporte un deuxième titre de champion du monde au goût amer.

Senna percute volontairement Prost en 1990 :

1999 : Häkkinen renverse la tendance. Eddie Irvine a failli être un jour champion du monde. En 1999, le pilote nord-irlandais "profite" d'une Ferrari ultra-performante et de la blessure à une jambe de Michael Schumacher pour tutoyer le titre mondial. Avant la dernière course de la saison, Irvine possède même quatre points d'avance sur Mika Häkkinen (McLaren). Mais le Finlandais, alors champion en titre, parvient à conserver sa couronne en remportant la course devant "Schumi", qui termine deuxième à 5". Irvine ne finit que troisième.

Häkkinen prend un départ canon en 1999 :

2003 : Schumacher assure le minimum. Sur ses sept titres de champion du monde, c'est peut-être celui qui fut le plus dur à décrocher pour Michael Schumacher. Tout au long de l'année, sa suprématie a été contestée par les McLaren-Mercedes de Kimi Räikkönen et de David Coulthard et les Williams-BMW de son frère Ralf et de Juan Pablo Montoya. Avant le dernier Grand Prix de la saison, au Japon, l'Allemand doit marquer un point pour être assuré d'un sixième sacre. Exactement comme Vettel, dimanche. Entre qualifications difficiles et incident de course (accrochage avec la BAR du Japonais Takuma Sato), le pilote Ferrari remplit tout juste le contrat (8e), mais son coéquipier Rubens Barrichello, en remportant la course, lui évite quelques sueurs froides.

Schumacher est sacré pour la sixième fois en 2003 :