Jamais l'un sans l'autre pour les Schleck

  • A
  • A
Jamais l'un sans l'autre pour les Schleck
Partagez sur :

Si Alberto Contador marche sur Paris et sur ce Tour de France 2009 avec insolence, il possède en Andy et Frank Schleck deux adversaires dignes de son immense talent. Mercredi, lors de l'étape reine de cette Grande Boucle, les deux Luxembourgeois ont tout tenté pour décramponner l'Espagnol, en vain.

Si Alberto Contador marche sur Paris et sur ce Tour de France 2009 avec insolence, il possède en Andy et Frank Schleck deux adversaires dignes de son immense talent. Mercredi, lors de l'étape reine de cette Grande Boucle, les deux Luxembourgeois ont tout tenté pour décramponner l'Espagnol, en vain."A deux, c'est mieux." C'est Frank qui le dit, au micro de France 2, et ce pourrait être la devise des frères Schleck, dont l'empreinte sur l'histoire du Tour de France s'inscrit chaque année de manière plus marquante. "On ne gagnera peut-être rien sur ce Tour, peut-être qu'aucun de nous deux ne montera sur le podium, même si c'est bien parti, mais on a laissé une trace dans la légende du Tour."Elevés par papa, ancien coéquipier de Luis Ocana sur la Grande Boucle, dans le respect et l'amour de la grande histoire du vélo, les deux frangins savent la valeur du panache et n'en ont pas manqué à l'occasion de ce monument qu'aura été mercredi cette étape reine dans la traversée des Alpes.A. Schleck: "On la connaissait par coeur"Déjà les seuls attaquants à oser contester la mainmise des Astana depuis le départ de Monaco, les deux coureurs du Grand Duché ont encore été les seuls, ou presque, à prendre leurs responsabilités sur les routes menant au Grand-Bornand. Dans le sillage d'une équipe Saxo Bank, pourtant pas épargnée, mais la première à lancer les hostilités, les protégés de Bjarne Riis ont réalisé un grand numéro, qui à l'arrivée forçait l'admiration de toute la caravane, à l'image d'un Laurent Jalabert, qui s'il a pu côtoyer lui aussi son frère au sein du peloton, s'avouait soufflé de voir une fratrie réunie à ce niveau dans le succès.A défaut d'avoir pu lâcher un Alberto Contador impérial, la victoire d'étape pour Frank l'aîné de 29 ans, trois ans après avoir triomphé au sommet de l'Alpe d'Huez, et le podium pour son cadet de cinq ans, Andy, deuxième désormais à 2'26" de l'Espagnol devant... Frank pointé à 3'25".Cette étape monstrueuse, la famille Schleck l'avait pointée sur la carte : "On la connaissait par coeur, on l'avait faite à l'entraînement", rappelle Andy sûr de son fait. Et si le premier à déclencher la bagarre au pied du col de Romme fut Sastre, les deux compères, dans cette ascension inédite, feront payer cher cette prise d'initiative à leur ancien coéquipier finalement relégué à plus de sept minutes au Grand-Bornand. Et tant pis si dans 24 heures, Contador risque de creuser un peu plus l'écart dans le chrono d'Annecy.