Jamais deux sans trois ?

  • A
  • A
Jamais deux sans trois ?
Partagez sur :

Cholet, qui reste sur deux victoires dans le groupe C, s'est bien replacé dans la course au Top 16. Un nouveau succès contre le Fenerbahçe, ce mercredi soir lors de la 5e journée de l'Euroligue, et le club des Mauges serait "pratiquement qualifié", dixit Erman Kunter. Mais les Turcs, leaders invaincus de la poule, ne sont pas des tendres.

Cholet, qui reste sur deux victoires dans le groupe C, s'est bien replacé dans la course au Top 16. Un nouveau succès contre le Fenerbahçe, ce mercredi soir lors de la 5e journée de l'Euroligue, et le club des Mauges serait "pratiquement qualifié", dixit Erman Kunter. Mais les Turcs, leaders invaincus de la poule, ne sont pas des tendres. Ces derniers temps, l'Euroligue plombait plus le moral des clubs français qu'il ne le regonflait. Les matches européens en milieu de semaine devenaient vite une purge plutôt qu'une bouffée d'oxygène. Cholet a failli tomber dans ce piège après ses deux défaites contre Sienne et Barcelone. Mais depuis deux semaines, le club des Mauges a trouvé la recette. Vainqueurs de Vilnius (73-69) et du Cibona Zagreb (84-71), les hommes d'Erman Kunter se sont bien relancés dans la course au Top 16. Ils sont même en position idéale avant de recevoir le Fenerbahçe, ce mercredi soir à la Meilleraie, lors de la 5e journée du groupe C. "Le Top 16, on n'y est pas encore, prévient malgré tout dans Ouest-France DeMarcus Nelson. On doit toujours gagner des matches si on veut y arriver. Mais si on gagne les parties qu'on est supposés gagner, cela devrait être bon." Celle qui vient face aux Turcs est, a priori, hors de portée. Le club stambouliote est la seule équipe invaincue de la poule. Si sa victoire à domicile contre la Montepaschi n'a été qu'une demi-surprise, son succès sur le parquet du Barça (69-61) en dit beaucoup sur son niveau actuel. "Ils sont premiers. Mais pourquoi ne pas faire un coup contre eux ?", demande Fabien Causeur. Causeur et Falker encore incertains L'arrière français est, comme Randal Falker, incertain pour cette rencontre. Deux joueurs fondamentaux dans le collectif choletais qui, s'ils venaient à manquer, compliquerait encore davantage la tâche des champions de France. "En fonction de l'absence ou non de nos deux joueurs, ou de l'un des deux simplement, je dois adapter notre plan", note Erman Kunter qui pourrait donner à DeMarcus Nelson, recruté à l'intersaison, plus de responsabilités. "Si (Fabien Causeur) ne joue pas, on devra tous prendre le relais. Ce n'est pas juste moi, Vule (Avdalovic) ou Sammy (Mejia). C'est tout le groupe, estime l'arrière américain. C'est un de nos joueurs clés, nous devrons donc être plus intelligent dans notre gestion du jeu." Ça avait plutôt bien fonctionné face au Mans, ce week-end en Pro A. Ni Fabien Causeur ni Randal Falker n'étaient de la fête ce qui n'a pas empêché les Choletais de l'emporter sur le fil (74-69, a.p.), prenant seul la tête du championnat. Mais contre le Fenerbahçe, le niveau d'exigence sera tout autre. "On n'aura pas droit à l'erreur: collectivement, ils sont très forts, assure toujours dans les colonnes Ouest-France le coach turc. Il n'y a vraiment pas déchet dans leur jeu." Mais Erman Kunter sait également qu'une troisième victoire en cinq matches permettrait à son club d'être "pratiquement qualifié pour le Top 16", même si le déplacement à Vilnius au match retour s'annonce plus compliqué depuis l'arrivée de Sarunas Jasikevicius. Mais rien que d'y penser, ça fait rêver.