Jacquemod s'en rapproche

  • A
  • A
Jacquemod s'en rapproche
@ Reuters
Partagez sur :

SKI - La Française a terminé deuxième de la descente de Saint-Moritz, samedi.

SKI - La Française a terminé deuxième de la descente de Saint-Moritz, samedi. Elle continue de tourner autour du pot. En net regain de forme et de confiance après quatre saisons de doute, Ingrid Jacquemod n'a jamais été aussi proche d'un succès en Coupe du monde, son deuxième après celui acquis du côté de Santa Caterina. Depuis cette descente italienne, rien...ou presque. Mais, à 31 ans, la doyenne de l'équipe de France a décidé de redéfinir ses priorités pour la saison 2009/2010 et a sérieusement travaillé durant l'été pour s'assurer un hiver un peu plus ensoleillé qu'à l'habitude. Ce virage n'a pas tardé à se révéler payant puisque "Gridou" avait déjà signer deux troisième place, lors du Super-G de Lake Louise, en décembre, et en descente, à Haus im Ennstal, début janvier. A Saint-Moritz, Jacquemod s'est un peu plus rapproché de la victoire. Partie avec le dossard 11 dans le dos, la skieuse de Val d'Isère signe alors le meilleur temps, un chrono qui restera la référence jusqu'au passage de l'Allemande Maria Riesch, qui termine avec 79 centièmes d'avance, en 1'41"31. On pense alors que Lindsey Vonn et Anja Pärson, de retour au plus haut niveau, vont éjecter la Française du podium, mais les deux skieuses vont se casser les dents au pied du podium, la troisième marche revenant finalement à la Suissesse Fabienne Suter. Pas de sixième victoire pour Vonn De son côté, Riesch signe le treizième succès de sa carrière en Coupe du monde, le troisième en descente, et en profite pour se rapprocher de sa grande copine américaine au classement du Gros globe de cristal. Lindsay Vonn laisse également échapper le Grand Chelem en descente puisqu'elle avait remporté les cinq premières épreuves de la saison. Au final, Jacquemod n'est pas la seule à s'être illustrée puisque Marion Rolland et Aurélie Revillet opère un joli tir groupé dans le Top 10 avec les sept et huitième places. Un constat réjouissant qui ne concerne pas Marie-Marchand Arvier, qui est sortie de la piste, et connaît décidément une saison bien difficile.