Jacquelin le Sicilien

  • A
  • A
Jacquelin le Sicilien
Partagez sur :

Stoppé dans son élan dimanche et contraint de revenir sur les greens ce lundi, Raphaël Jacquelin a fait preuve de sang-froid pour finir proprement le travail et remporter l'Open de Sicile. Le Lyonnais a su conserver une longueur d'avance sur l'Anglais Anthony Wall pour décrocher sa troisième victoire sur le circuit européen, la première pour la France depuis novembre 2009 et le succès de Grégory Bourdy à Hong Kong.

Stoppé dans son élan dimanche et contraint de revenir sur les greens ce lundi, Raphaël Jacquelin a fait preuve de sang-froid pour finir proprement le travail et remporter l'Open de Sicile. Le Lyonnais a su conserver une longueur d'avance sur l'Anglais Anthony Wall pour décrocher sa troisième victoire sur le circuit européen, la première pour la France depuis novembre 2009 et le succès de Grégory Bourdy à Hong Kong. Seize mois que la France attendait ça. Et presque quatre ans que l'intéressé courait après... Raphaël Jacquelin a mis fin à une longue attente en remportant l'Open de Sicile. Une patience qui s'est étirée jusqu'à lundi matin, le quatrième tour n'ayant pas pu aller à son terme dimanche soir après deux heures et demie d'interruption en raison de conditions climatiques menaçantes. De retour au départ du trou n°13 à sept heures du matin avec un coup d'avance sur Anthony Wall, le Lyonnais a conservé cette petite longueur d'avance sur l'Anglais pour mettre la main sur sa troisième victoire sur le circuit européen après l'Open de Madrid en 2005 et l'Asian Open en 2007. "Ça n'a pas été facile, Anthony a réussi quelques birdies pour me mettre la pression d'entrée", a reconnu le Français qui a eu du mal à se réveiller ce lundi matin malgré l'enjeu. "Je me sentais un peu fatigué ce matin et ma frappe de balle n'était pas aussi bonne qu'elle ne l'a été. Mais je suppose que je devais m'attendre à ça avec un réveil à cinq heures du matin." Le Lyonnais n'a heureusement pas tardé à se mettre dans le rythme pour répondre avec un birdie au 14 à celui réussi d'entrée par son adversaire. Au 16, Wall réussissait un nouveau birdie pour remettre Jacquelin sous pression mais c'est finalement l'Anglais qui se liquéfiait en mettant sa balle dans l'eau au 17, pour un double-bogey rédhibitoire. "Cela a été une belle bataille entre nous deux. Nous sommes restés très proches et je pense que cela nous a aidés à jouer de cette manière. J'ai aimé ce duel. Il ne pouvait y avoir qu'un seul vainqueur et je suis heureux que ce soit moi", se félicitait Jacquelin, bientôt 37 ans. Fort de cette victoire après un début de saison poussif, ce dernier s'installe au 22e rang de la hiérarchie européenne et fait son retour dans le Top 100 mondial, à la 84e place. Un premier coup d'éclat qui en appelle d'autres.