Italie-France: Ils ont dit...

  • A
  • A
Italie-France: Ils ont dit...
Partagez sur :

Voici les réactions françaises et italiennes à la défaite du XV de France samedi sur la pelouse du stade Flaminio face à la Squadra Azzurra: Marc Lièvremont (sélectionneur du XV de France, sur France 2): "Je n'ai pas parlé aux joueurs, je n'ai pas parlé. J'ai juste dit quelques mots à Titi (Dusautoir). On en parlera assez vite. Evidemment, je vais revoir le match mais je pense que ça ne m'apprendra pas plus que ce que je sais déjà. C'est une désillusion de plus, une déception de plus. Il faut féliciter nos adversaires. On savait que ça arriverait un jour, évidemment j'aurais préféré que ça arrive une autre fois. Mais sur le match, les Italiens en voulaient plus que nous, de la première à la dernière minute. Il y a un manque d'engagement dès les premières minutes. Ils ont fait preuve de beaucoup plus de détermination que nous, à tous les niveaux. Ils méritent leur victoire. On a pris le match par le mauvais bout, dès le début, d'approximations en approximations, de duels perdus en duels perdus, même si sur un coup du sort à la fin, on aurait pu sauver les apparences. On va passer une super semaine encore (sic), et essayer comme souvent de rebondir contre le Pays de Galles. Pas la peine de parler de jeu, de choix, je ne m'interroge pas à ce niveau là. Je suis très déçu, quand il n y a pas d'investissement, de combat minimum dans ce sport, il ne faut pas espérer la victoire même si je continue de penser que, potentiellement, on est plus forts. Ça devait arriver, c'est arrivé aujourd'hui, une fois de plus." Morgan Parra (demi de mêlée du XV de France, sur France 2): "On a vécu une première mi-temps compliquée où on a peut-être manqué d'agressivité, où on n'a pas assez été présent dans ce secteur. On a manqué de déplacement, on a vu en seconde mi-temps que, quand on les déplaçait, on trouvait la faille. On s'est perdu dans un rugby où on se faisait des passes pour faire des passes, on n'a pas su imposer notre jeu, mettre la main sur le ballon. La base de ce jeu, c'est l'agressivité. On a failli là-dessus. (...) Il n y a pas beaucoup de discussions à avoir. On est passé à côté. On ne va pas refaire le scénario mais se remettre au boulot. Il faut baisser la tête, travailler. On va avoir une semaine très compliquée à Marcoussis mais il faut repartir et gagner face au Pays de Galles." Nick Mallett (sélectionneur de l'Italie, sur France 2): "C'est une grande victoire pour l'Italie. C'est une chose incroyable de gagner contre cette équipe de France, qui n'est pas une équipe faible. On a fait un grand match alors que la France n'a pas réussi son meilleur match. On avait besoin de ça car individuellement les Français sont meilleurs que les Italiens. Mais aujourd'hui, on a vu une défense fabuleuse de mon équipe. Cette victoire est surtout pour notre public. L'équipe de France a fait un grand match contre l'Angleterre. Si Rougerie marque ou s'il ne rate pas ces deux pénalités, ils pouvaient gagner ce match. La France peut toujours faire une finale ou une demi-finale de Coupe du monde, l'Italie jamais. On a montré qu'on était capable de jouer au même niveau que les autres équipes du Tournoi. Il y a trois ou quatre ans, ce n'était pas le cas."