Isaac: "Rendez-vous avec nous-mêmes"

  • A
  • A
Isaac: "Rendez-vous avec nous-mêmes"
Partagez sur :

Battu le week-end dernier à Viadana par l'Aironi (28-27), le Biarritz Olympique a l'occasion de prendre sa revanche dès vendredi et de tourner la page. Pour Jack Isaac, l'entraîneur australien des arrières basques, cette défaite modifie le chemin d'accès aux quarts de finale mais ne plombe pas définitivement les chances des Biarrots de recevoir en quart. Seule solution désormais : gagner. Une ambition partagée par le Racing qui reçoit les Saracens.

Battu le week-end dernier à Viadana par l'Aironi (28-27), le Biarritz Olympique a l'occasion de prendre sa revanche dès vendredi et de tourner la page. Pour Jack Isaac, l'entraîneur australien des arrières basques, cette défaite modifie le chemin d'accès aux quarts de finale mais ne plombe pas définitivement les chances des Biarrots de recevoir en quart. Seule solution désormais : gagner. Avez-vous tourné la page depuis samedi et cette défaite concédée à Viadana contre l'Aironi (28-27) ? On est toujours un peu contrariés. Mais on a la possibilité vendredi soir de rectifier un peu le tir et continuer notre aventure en H-Cup. Cette défaite, on ne pourra pas l'effacer. Mais on essaie de tourner la page pour regarder devant nous. Avec un peu de recul, comment expliquez-vous cette défaite ? On a bien commencé ce match. On a fait ce qu'il fallait au début, on marque deux essais très vite. Mais petit à petit, le collectif s'est perdu. On a joué de façon trop individuelle, les joueurs ont essayé chacun de marquer leur essai. Et défensivement, il y a eu un manque d'exigence. Petit à petit, on a perdu le fil du match. Les Italiens sont eux restés dans le match, toujours collés au score. Donc ils ont gagné en confiance quand, nous, on en perdait au fur et à mesure. On n'a pas su gérer la fin de match pour gagner. Quel discours avez-vous tenu, vous et le staff, à l'issue de ce match ? Avez-vous eu besoin de hausser le ton ? Un peu, oui. On s'était peut-être trompé la semaine dernière en n'insistant pas assez auprès des joueurs sur ce match, en ne leur mettant pas assez la pression. On a essayé de le faire cette semaine pour que tout le monde soit attentif et donne le maximum. Alors, lundi, c'est normal, on a eu un discours plus dur, plus direct. Mais les joueurs étaient conscients de cet échec. Ils ont accepté ces critiques. Et nous avons aussi fait notre autocritique. "Les portes sont encore ouvertes" Le président, Serge Blanco, a-t-il lui aussi participé à cette mise au point ? Serge a réagi en tant que président qu'il est et ancien joueur qu'il a été. Mais ce qui s'est dit derrière les portes du vestiaire, ça doit rester entre nous. Le fait de recevoir les Italiens dès vendredi peut-il vous aider à digérer plus vite cet échec ? On espère toujours continuer l'aventure. Maintenant, on s'est très bien ce que l'on doit faire pour y parvenir. Mais on a surtout un rendez-vous avec nous-mêmes. On a hâte de rectifier ce qui n'était pas la semaine dernière. Croyez-vous toujours pouvoir recevoir en quart de finale ? Oui, ça reste dans le domaine du possible. Malgré tout, on a marqué deux points la semaine dernière (le bonus défensif et offensif), on est toujours premier de notre poule, toujours dans les quatre meilleurs premiers de la compétition à l'heure actuelle. On sait que désormais ça va être difficile de rester devant mais les portes sont toujours ouvertes. Le chemin va être différent que si on avait gagné la semaine derrière. Mais, comme je le disais, les portes sont encore ouvertes. A nous de faire le nécessaire pour accrocher d'abord le quart de finale, et ensuite éventuellement un quart à la maison. On sait que c'est important pour la suite. On a toujours eu beaucoup plus de succès quand on les a joués à domicile. Ça nous tient à coeur. Sportivement, c'est plus facile. Et financièrement, pour le club, c'est aussi très important. Le chemin passe-t-il par trois victoires ? Ça sera nécessaire, oui, si on veut ce quart de finale à domicile. Mais, quoiqu'il arrive, on joue toujours pour gagner. C'est l'objectif ce week-end. Puis contre face à l'Ulster et face à Bath. Ça ne change rien.