Irving, premier de la classe

  • A
  • A
Irving, premier de la classe
Partagez sur :

Alors que l'incertitude pèse plus que jamais sur la saison prochaine en raison du lock-out, Kyrie Irving a été désigné numéro un de la Draft, cuvée 2011. Le meneur de Duke a ainsi été choisi par les Cavaliers, en pleine reconstruction, et domine une draft assez moyenne, également marqué par les nombreux échanges entre les franchises.

Alors que l'incertitude pèse plus que jamais sur la saison prochaine en raison du lock-out, Kyrie Irving a été désigné numéro un de la Draft, cuvée 2011. Le meneur de Duke a ainsi été choisi par les Cavaliers, en pleine reconstruction, et domine une draft assez moyenne, également marqué par les nombreux échanges entre les franchises. L'imposante succession. Choisi en numéro un de la Draft 2011, jeudi, Kyrie Irving s'est vu confier les clés des Cavaliers, en pleine reconstruction depuis le traumatisant départ de l'enfant chéri, LeBron James, l'été dernier. Le meneur de Duke, bon leader et talentueux basketteur, domine ainsi une classe de rookies que l'on annonce très moyenne. Pour ce qui est du reste du Top 3, c'est le solide mais versatile ailier fort Derrick Williams qui a été choisi en numéro 2 par les Wolves, tandis que le Turc Enes Kanter prend la direction de l'Utah, où il retrouvera son compatriote, Mehmet Okur. L'imposant pivot est d'ailleurs le premier d'une belle série de joueurs venant du continent européen, prêts à tenter de suivre l'aspiration de Dirk Nowitzki, MVP des dernières Finales. Ainsi, Jonas Valanciunas, l'intérieur lituanien, vient garnir les rangs déjà très européanisés des Raptors, tandis que Jan Vesely, annoncé comme le nouveau Andreï Kirilenko, a été choisi par les jeunes Wizards. De son côté, le Congolais Bismack Biyombo, qui évolue en Espagne, a été choisi par les Bobcats. Ce diamant brut de 2,07m pour 111 kilos ne sait pas encore faire grand-chose de ses mains, mais sa force physique pourrait faire quelques étincelles à l'avenir. Artest veut devenir "Mitta World Peace" Pour le reste, inutile de chercher des successeurs à Kevin Séraphin et Pape Sy. Aucun Français n'a eu la chance d'aller serrer la pince de David Stern. Ousmane Camara, Edwin Jackson, Bangaly Fofana et Antoine Diot rentrent donc bredouille du New Jersey. Outre cette draft qui apporte donc son lot de rookies prêts à prendre leur part du gâteau - si gâteau il y a la saison prochaine - les franchises ont profité de cette draft pour opérer quelques échanges significatifs. Et contrairement aux rumeurs, Tony Parker n'a pas quitté le Texas dans la nuit. Au lieu de ça, c'est son remplaçant à la mène, George Hill, qui a été envoyé dans sa ville natale, à Indianapolis, en échange du tout juste drafté Kawhi Leonard, ailier à vocation défensive. L'autre gros trade de la nuit concerne les Nuggets, les Blazers et les Mavericks. Ainsi, les champions en titre récupèrent Rudy Fernandez, plus très heureux dans l'Oregon, tandis que Denver et Portland s'échangent des meneurs, avec l'arrivée de Raymond Felton dans l'équipe de Nicolas Batum, tandis qu'André Miller s'en va dans le Colorado. Avant cela, les Kings, les Bobcats et les Bucks s'étaient déjà mis d'accord sur un premier échange. Milwaukee récupère ainsi Benoh Udrih et Stephen Jackson, Corey Maguette débarque à Charlotte, tandis que John Salmons revient à Sacramento, tout saupoudré de tours de draft ici et là. Pour ce qui est de l'information de la soirée, BasketUSA.com nous apprend que Ron Artest, le joueur des Lakers, a fait une demande pour changer son identité et s'appeler désormais Metta World Peace, Metta étant un terme bouddhiste qui signifie: "le souhait farouche du bien-être et du bonheur des autres".