Inter Milan-Bayern Munich, la revanche

  • A
  • A
Inter Milan-Bayern Munich, la revanche
@ REUTERS
Partagez sur :

FOOT - Les deux équipes se retrouvent dans un remake de la finale de l’année dernière.

Les deux équipes ont tout fait pour éviter d’employer le mot mais il s’agit bel et bien d’une revanche entre l’Inter Milan et le Bayern Munich. Il y a neuf mois, les Italiens battaient les Allemands (2-0) en finale de la Ligue des champions. Mercredi soir, ce sont pourtant deux formations différentes qui se retrouveront en huitièmes de finale.

La sérénité en moins. A la même époque, l’Inter et le Bayern caracolaient en tête de leurs championnats. Cette saison, les données sont bien différentes. Les Bavarois comptent déjà 13 points de retard sur l’actuel leader de Bundesliga, le Borussia Dortmund. En Italie, les écarts sont plus resserrés mais l’Inter est quand même à cinq longueurs de son pire ennemi, le Milan AC.

"Robbéry". Le Français avait manqué la finale de la Ligue des champions l’an passé après avoir écopé d’un carton rouge contre Lyon en demi-finale. Mercredi soir, il sera sur la pelouse. Oubliées les blessures à répétition pour "Ch’ti Franck". Le meneur de jeu du Bayern a retrouvé sa place depuis 15 jours et son entente avec Arjen Robben fonctionne à merveille. Depuis leur retour, le Bayern a enchaîné deux larges succès en championnat contre Hoffenheim (4-0) et Mayence (3-1). La défense milanaise devra les museler pour ne pas sombrer trop vite.

L’Inter sans Mourinho. Un seul être vous manque… Malgré deux succès au Mondial des clubs et en Supercoupe d’Italie, l’Inter a mis du temps à trouver un successeur au "Special One". L’Espagnol, Rafaël Benitez, est resté six mois avant d’être remplacé par le Brésilien Leonardo. Ultra-défensive sous José Mourinho, l’Inter a énormément changé. Leonardo a tout misé sur l’attaque et sa stratégie semble payante pour le moment. Fini le traditionnel "catenaccio" sauce italienne, les Milanais sont tournés vers l’avant et ne se contenteront pas d’un match nul à domicile.

Diego Milito avait inscrit les deux buts de la finale l'an passé :

La gestion Van Gaal. Dans tous les clubs où il est passé, l’entraîneur néerlandais a connu des conflits avec ses joueurs. Cette année, c’est Franck Ribéry qui a provoqué les foudres de son entraîneur. Louis Van Gaal avait alors dénoncé la mauvaise condition physique de son meneur de jeu. Leurs rapports se sont légèrement adoucis depuis mais le coach du Bayern continue à régner d’une main de fer sur le club. Sa rigueur pourrait être une arme redoutable contre les Italiens.

Gomez vs Eto’o. Ce huitième de finale sera aussi l’occasion de voir un très bon duel d’attaquants. Cette saison, Samuel Eto’o enfile les buts comme des perles (30 buts toutes compétitions confondues). Rapide, efficace, capable de marquer dans n’importe quelle situation, le Camerounais est l’arme absolue de Leonardo. En face, l’allemand Mario Gomez n’est pas en reste. Meilleur buteur en Bundesliga avec 17 buts, il devrait peser grâce à son très bon jeu de tête.