Inter, la semaine noire

  • A
  • A
Inter, la semaine noire
Partagez sur :

Quelques jours après sa lourde défaite face à l'AC Milan, en championnat, l'Inter a été humiliée par Schalke 04, mardi, en quarts de finale de la Ligue des champions (2-5). Un naufrage, notamment défensif, que la troupe de Leonardo aura bien du mal à faire oublier. Une deuxième fessée de rang qui fait naître de sérieux doute sur la fin de saison des Nerazzurri.

Quelques jours après sa lourde défaite face à l'AC Milan, en championnat, l'Inter a été humiliée par Schalke 04, mardi, en quarts de finale de la Ligue des champions (2-5). Un naufrage, notamment défensif, que la troupe de Leonardo aura bien du mal à faire oublier. Une deuxième fessée de rang qui fait naître de sérieux doute sur la fin de saison des Nerazzurri. "Chercher des excuses serait hors de propos". Leonardo ne se cache pas derrière son petit doigt. Interrogé par la presse après l'humiliant revers subi à domicile face à Schalke 04, mardi, en quart de finale de la Ligue des champions (2-5), l'entraîneur brésilien était encore tout abasourdi. "Nous avions bien commencé, mais au final on termine sur cette défaite", souffle l'ancien Parisien, dans des propos rapportés par le site de la Gazzetta dello Sport, "C'est difficile d'expliquer une telle défaite. Ce fut une semaine difficile sur tous les plans". Et si le coach n'a pas d'explication, les joueurs n'en ont pas beaucoup plus. "On a bien commencé la rencontre, mais on a ensuite connu une panne de courant dans la seconde partie", explique Javier Zanetti, sur le site du Corriere dello Sport. "Nous avons désormais besoin de retrouver de la sérénité et du calme. Nous comptons bien continuer à avancer. On ne sait jamais dans le football", ajoute le capitaine argentin. Capitaine d'un vaisseau à la dérive, plombé par une défense centrale cataclysmique. Moratti maintient sa confiance à Leonardo Car en l'absence de Lucio et Samuel, la charnière Chivu-Ranocchia a montré de sérieuses limites et n'a offert aucune garantie défensive à son équipe, le Roumain étant même expulsé à la 62e minute, tandis que son partenaire s'était fendu d'un but contre son camp quelques minutes plus tôt. Une défense qui a pris l'eau, mais qui n'a pas forcément été aidée par un système de jeu plutôt offensif, mis en place par Leonardo. "C'est vrai qu'on prend beaucoup de buts. Mais depuis trois mois, on joue pour marquer. Et nous n'avons pas perdu cette mentalité", se justifie le Brésilien. Pour lui, la défaite s'explique plutôt par la fatigue de son effectif, comme il l'a expliqué Massimo Moratti, qui s'est entretenu avec son entraîneur, deux heures après la rencontre. "La défaite m'a surpris, même si la fatigue avait déjà été visible samedi. J'ai vu des joueurs en difficulté, et c'est devenu évident que les choses pourraient mal tournées", explique le président intériste, sur le site de la Gazzetta, avant de renouveler sa confiance à son technicien: "En ce qui concerne Leonardo, pour moi, rien n'a changé". Reste qu'il faut désormais reconstruire sur des ruines, pour terminer la saison, et espérer un éventuel rebond en championnat. "Il faut aller de l'avant", lâche Moratti, tandis que son entraîneur se reporte sur le championnat et la Coupe d'Italie: "Parler de qualification en Ligue des champions n'est pas d'actualité". Face au Chievo, dès samedi, les Intéristes tenteront donc de remettre la machine en route. Car après avoir perdu une bonne partie de leur honneur, mardi, il ne faudra pas se mettre à tout perdre sportivement.