Intenable Gilbert

  • A
  • A
Intenable Gilbert
Partagez sur :

CYCLISME - Après Paris-Tours, Philippe Gilbert a remporté samedi le Tour de Lombardie.

Philippe Gilbert termine la saison en boulet de canon. Déjà vainqueur de Paris-Tours dimanche dernier, le Belge a remporté samedi le Tour de Lombardie, dernière épreuve de la saison du Pro-Tour. Le coureur de la Silence-Lotto s'est imposé au sprint devant l'Espagnol Samuel Sanchez.Les courses se suivent et se ressemblent en cette fin de saison mais l'image sur la ligne d'arrivée est toujours la même: celle d'un Philippe Gilbert triomphant, lui qui a donc remporté avec ce Tour de Lombardie son quatrième succès de rang après la Coppa Sabatini, Paris-Tours et le Tour du Piémont, excusez du peu ! Le Belge de la Silence-Lotto, qui reconnaissait après sa victoire dans le Piémont être dans "la meilleure forme de (sa)vie", l'a confirmé sur les routes lombardes, en faisant, encore une fois, la différence dans les derniers kilomètres.Pas de troisième victoire consécutive donc pour Damiano Cunego, mais un premier succès sur les routes lombardes pour un coureur non-italien depuis Raimondas Rumsas en 2000. Récemment sacré champion du monde, le coéquipier de Gilbert chez Silence-Lotto Cadel Evans a lui bien tenté sa chance, mais bien trop tôt pour espérer tenir la cadence jusqu'au terme de cette 103e édition, qui avait démarré lentement. Après quelques tentatives vite avortées, un quatuor va réussir à se détacher à l'issue des 25 premiers kilomètres. C'est le champion d'Irlande Nicolas Roche (AG2R), apparemment très en jambes, qui lance cette échappée, vite rejoint par l'Italien Marco Vélo (Quick Step), le Russe Serguei Klimov (Katusha) et le Néerlandais Reinier Honig (Vacansoleil), dernier à intégrer ce groupe. Les quatre hommes vont faire progressivement grimper l'écart jusqu'à huit minutes, mais sous l'impulsion de la Lampre et de la Silence-Lotto, puis de la Saxo-Bank, cette avance va rapidement fondre en dessous des quatre minutes.Vinokourov tente sa chanceVélo craque le premier, bientôt suivi par Klimov et Honig, alors que Roche poursuit en solitaire avant de se faire avaler par Johnny Hoogerland (Vacansoleil) à 50 kilomètres du terme, puis par tout le peloton dans la côte de la Madonna del Ghisallo. Le Néerlandais va ensuite être rejoint par quatre puis cinq hommes, un groupe où on trouve notamment son coéquipier Matteo Carrara, qui va imprimer un rythme soutenu à cette nouvelle échappée. Mauro Santambrogio (Lampre), Dan Martin (Lampre), Dries Devenyns (Quick Step) puis Gustav Erik Larsson (Saxo Bank) sont également de la partie, mais plus pour longtemps.L'ultime montée permet ainsi d'assister à des attaques successives d'Evans, de Sanchez puis de Vinokourov, ce dernier parvenant à rejoindre Santambrogio et Larsson à 10 kilomètres de l'arrivée. Cunego va alors passer à son tour à l'attaque pour faire recoller tout le monde, une vingtaine de coureurs se retrouvent alors en tête. Mais à 6 kilomètres de la flamme rouge, Philippe Gilbert va encore mettre tout le monde d'accord, et seul Samuel Sanchez est capable de suivre son rythme. Les deux hommes vont se détacher pour compter jusqu'à une minute d'avance, avant d'en découdre dans une inévitable arrivée à deux. Sans surprise et malgré un beau retour sur la ligne de l'Espagnol, récent dauphin de Valverde sur la Vuelta, le Belge s'impose de justesse à Côme, avant de tomber dans les bras de son coéquipier Cadel Evans et de reconnaître que c'est certainement "le plus grand succès de (sa) carrière". Certainement pas le dernier...