Incroyable Bernard !

  • A
  • A
Incroyable Bernard !
Partagez sur :

Prodigieux ! Sensation jeudi à Montpellier lors des demi-finales du 100 mètres nage libre des Championnats de France à la piscine olympique d'Antigone. Alain Bernard est devenu le premier nageur à briser la barre des 47 secondes en réussissant à établir un nouveau record du monde en 46''94.

Prodigieux ! Sensation jeudi à Montpellier lors des demi-finales du 100 mètres nage libre des Championnats de France à la piscine olympique d'Antigone. Alain Bernard est devenu le premier nageur à briser la barre des 47 secondes en réussissant à établir un nouveau record du monde en 46''94.Quel coup de force d'Alain Bernard ! Le champion olympique du 100 mètres a frappé un grand coup en devenant ce jeudi le nageur le plus rapide du monde sur sa distance de prédilection. A l'occasion des demi-finales des Championnats de France de Montpellier, l'Antibois a bouclé la distance en 46"94, un temps incroyable faisant de lui le premier homme sous les 47 secondes. La piscine Antigone, en fusion, a salué d'une standing ovation l'immense champion, auteur d'une performance qui restera dans l'histoire du sport français."Les conditions étaient réunies pour faire un bonne performance, a indiqué Bernard au micro d'Eurosport. J'ai pris énormément de plaisir aujourd'hui. C'était énorme !" Titillé voire même dépassé par Amaury Leveaux, notamment lors des Championnats d'Europe de Rijeka (PB) il y a quelques mois, Alain Bernard a remis les pendules à l'heure, et de quelle manière ! Mais au-delà de la suprématie française, le nouveau recordman du monde a envoyé un message à Eamon Sullivan, qui détenait jusqu'alors le temps de référence (47"05). Battu en finale des JO de Pékin, l'Australien, pas revanchard, avait prévu de venir s'entraîner quelques jours à Antibes aux côtés de Bernard avant les Mondiaux de Rome. Va-t-il honorer cette invitation après ce temps canon établi par son grand rival ?Amaury Leveaux, l'autre grande attraction de la natation française, a sans doute apprécié la performance, lui qui venait de boucler sa demi-finale en 47"76, la meilleure performance mondiale de l'année jusqu'à ce qu'Alain Bernard ne vienne battre le record du monde de 11 centièmes. Entre leurs deux demi-finales, les deux hommes, complices, ont échangé quelques mots, le Mulhousien donnant une petite tape amicale au natif d'Aubagne. En voyant le chrono de Bernard, Leveaux a écarquillé les yeux, incrédule. La finale du 100 mètres, programmée ce vendredi en fin d'après-midi, promet un beau duel.Auguin: "C'est ça un grand champion"Depuis sa médaille d'or à Pékin l'été dernier, Bernard a eu du mal à se muer dans cette nouvelle peau, au point qu'être champion olympique serait plus difficile que le devenir. Denis Auguin et son poulain ont effectué ensemble un gros travail pour tutoyer à nouveau les sommets, avec en point de mire les Mondiaux de Rome. Voilà la première pierre à leur édifice. "C'est ça un grand champion, a déclaré l'entraîneur de l'Antibois. Il a très bien nagé ce matin, il s'attendait à une grosse performance. Il a fait ce qu'il sait faire et je ne suis pas surpris." Le DTN, Christian Donzé, dont ce sont les premiers «France» à ce poste, s'est réjoui du niveau des Tricolores: "Alain a réalisé un temps planétaire. Les autres ne sont pas en reste, avec trois autres nageurs sous les 48 secondes. Avec ces locomotives, il faut faire perdurer cette culture du haut niveau et de la gagne." Parmi les autres finales au programme de la journée, le 200 mètres papillon a souri aux dames mais pas aux messieurs. En effet, Aurore Mongel, championne de France en 2'06"94, et Magali Rousseau (2'08"40) ont validé leur billet pour Rome. En revanche, Clément Lefert (1'56"20) a manqué la qualification, ratant les minima (1'56"06) de seulement 14 centièmes. Sur 100 mètres dos, Esther Baron (1'00"00) et Alexianne Castel (1'00"19) seront l'été prochain en Italie, tout comme Jérémy Stravius (53"16, RF) et Benjamin Stasiulis (53"27).