Incidents PSG-OM: tout le monde bouge

  • A
  • A
Incidents PSG-OM: tout le monde bouge
@ Reuters
Partagez sur :

FOOTBALL - Le ministère de l'intérieur a confirmé la fermeture de la tribune visiteurs à Lens.

FOOTBALL - Le ministère de l'intérieur a confirmé la fermeture de la tribune visiteurs à Lens. Les incidents survenus dimanche en marge de PSG-OM (0-3) et notamment le passage à tabac d'un supporter du kop de Boulogne par des ultras du Virage Auteuil ont fait réagir le PSG comme les pouvoirs publics. Le club de la capitale avait annoncé mardi midi, par la voie de son président, qu'il suspendait jusqu'à nouvel ordre le déplacement de ses supporters. Par la voie d'un communiqué, le ministère de l'Intérieur a, lui, entériné mardi soir la demande de la Ligue qui souhaitait la fermeture de la tribune visiteurs du Stade Bollaert. "En complément de ces dispositions et afin d'éviter des troubles à l'ordre public, il sera demandé au préfet du Pas-de-Calais de prendre une mesure d'interdiction adaptée de circulation et de rassemblement à l'égard de «supporters parisiens» qui souhaiteraient malgré tout accéder au stade de Lens, ajoute le communiqué. Par ailleurs, un dispositif très renforcé de sécurité sera mis en place avec l'apport de plusieurs unités de forces mobiles, ainsi que par la surveillance des axes routiers et ferroviaires." Ce communiqué est tombé quelques minutes après une réunion qui a rassemblé place Beauvau le président du PSG, le représentant de l'actionnaire principal, Sébastien Bazin, et le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux. À l'issue des deux heures d'échange, les représentants du PSG ont quitté les lieux par une porte dérobée, évitant les journalistes. Les réunions vont se succéder pour Robin Leproux puisque le président du PSG doit encore rencontrer le préfet de police mercredi matin et la secrétaire d'État aux Sports, Rama Yade, mercredi après-midi. La mairie de Paris souhaite davantage d'interdictions de stade Partenaire historique du PSG, la mairie de Paris s'est prononcée en faveur de l'allongement de la durée légale d'interdiction de stade pour les supporteurs violents. "Il est nécessaire de garantir l'effectivité de la décision d'interdiction de stade en développant les moyens de contrôle et de vérification et en allongeant de manière significative la durée légale d'interdiction, actuellement fixée à trois mois", a déclaré Jean Vuillermoz, adjoint chargé du sport à la Mairie de Paris. Je souhaite que les décisions d'interdiction de stade soient généralisées pour ces délinquants." Comme le précise le communiqué du ministère de l'Intérieur, le nombre d'interdictions de stade s'établit à 452, contre 311 en janvier, et... près de 3000 en Angleterre. Cette tension maximale entre les deux tribunes rivales du Parc des Princes risque même de rejaillir sur... la finale de la Coupe de la Ligue, prévue le 27 mars prochain et qui doit opposer l'OM à Bordeaux au Stade de France. Les autorités craignent que les supporters parisiens ne veulent en découdre avec les ultras de l'OM en réaction aux incidents qui avaient accompagné le report du match aller, le 25 octobre dernier. Un supporter parisien avait été gravement blessé dans les rues de Marseille après avoir été renversé par une voiture et frappé au sol. Par mesure de sécurité, une des solutions pourrait consister à délocaliser cette finale au Stade Gerland, à Lyon.