Ils ont sali Bonnaire...

  • A
  • A
Ils ont sali Bonnaire...
Partagez sur :

Tout au long de cette VIIe Coupe du monde, notre site vous fait vivre au plus près de l'équipe de France. Tout ce qu'il faut savoir de l'actualité tricolore est à suivre au quotidien dans le Journal des Bleus. La presse néo-zélandaise s'en prend encore aux Tricolores sur le thème de l'indiscipline. Des Français qui sont arrivés à Wellington. Clerc avoue ne pas viser le classement des marqueurs d'essais, Papé lance un appel aux médias et Trinh-Duc refait son apparition à l'entraînement.

Tout au long de cette VIIe Coupe du monde, notre site vous fait vivre au plus près de l'équipe de France. Tout ce qu'il faut savoir de l'actualité tricolore est à suivre au quotidien dans le Journal des Bleus. La presse néo-zélandaise s'en prend encore aux Tricolores sur le thème de l'indiscipline. Des Français qui sont arrivés à Wellington. Clerc avoue ne pas viser le classement des marqueurs d'essais, Papé lance un appel aux médias et Trinh-Duc refait son apparition à l'entraînement. Après la "farce" de l'équipe B alignée face aux Blacks, puis pas plus tard que mercredi, le nouveau surnom trouvé à Marc Lièvremont, surnommé "Losing Le cool", le New Zealand herald poursuit son travail de sape auprès de l'équipe de France et lui réserve même la première page de son supplément Coupe du monde sous le titre: Nous sommes trop cleans, disent les Français. Une référence aux propos de David Ellis, en charge de la défense au sein du staff tricolore qui, interrogé au sujet des errements dans ce secteur face aux Blacks, exhortait ces joueurs, une fois, n'est pas coutume, à flirter un peu plus avec le règlement: "Quelquefois franchement, j'ai le sentiment que nous sommes trop disciplinés, trop clean, avouait le technicien anglais. On a peur de faire une connerie qui nous coûte trois points. Après trois matches, on a un maximum de neuf, dix pénalités. Ce n'est pas beaucoup. [...] On a encore besoin de trouver nos limites." Il n'en fallait pas plus pour réveiller chez quelques mauvais esprits les vieux clichés sur l'indiscipline, ce mal français avec cette photo pleine page d'un Julien Bonnaire au contact, dans un ruck, avec Richie McCaw, et dont la main est portée au visage du capitaine néo-zélandais, laissant sous-entendre que le Clermontois aurait pu commettre une fourchette sur l'icône nationale. Un procédé détestable que les perfides Kiwis agrémente d'un encadré au titre évocateur: Les cinq joueurs les plus violents. Un top 5 de joueurs français réputés pour leur jeu dur, où se côtoient Eric Champ, Alain Plantefol, Pascal Ondarts, Gérard Cholley et Franck Tournaire. Invité à réagir à cette énième provocation, Aurélien Rougerie, capitaine de Julien Bonnaire à Clermont depuis plusieurs saisons, préférait balayer le "torchon" d'un revers de main: "Je comparerais ce journal à notre Voici ou notre Gala. C'est un peu leur cheval de bataille. Ils n'ont que ça à faire, a commenté, très détaché le trois-quarts centre. Cette photo prise sur le vif est sortie de son contexte. Jamais je n'ai vu Julien faire ce genre de geste en match international ou en Top 14. C'est improbable. Il y a certainement de l'aigreur, de la rancune derrière tout ça." Quant au délai réglementaire imposé par la World Cup pour signale un geste illégal, les douze heures imparties aux Blacks sont expirées depuis longtemps. Bonnaire peut dormir tranquille. L'appel de Papé aux médias Reconduit en tant que titulaire pour affronter les Tonga samedi, à Wellington, pour le dernier match décisif de la Poule A en vue de la qualification pour les quarts de finale, Pascal Papé prend de l'envergure au sein du groupe France et n'a pas hésité à apostropher les médias présents ce mercredi matin face à lui pour que cessent les rumeurs autour du XV de France: "Il faut arrêter avec ces histoires maintenant... Il n'y a pas de clans, il n'y a aucune fracture entre les joueurs et les entraîneurs, c'est sûr qu'il peut y avoir des gars un peu frustrés, comme moi, j'ai pu l'être quand je ne jouais pas, ça, c'est la loi du sport. Mais en attendant, c'est une unité dont on a besoin." Et le deuxième ligne parisien de s'adresser au parterre de journalistes présents face à lui: "Il faut vraiment essayer, même si c'est difficile pour vous, d'essayer de construire une unité derrière nous pour qu'on puisse vivre une grand aventure tous ensemble." Clerc ne vise pas le meilleur marqueur Avec quatre essais inscrits en trois matches dans cette Coupe du monde, Vincent Clerc est évidemment le joueur des Bleus le plus efficace en Nouvelle-Zélande. Un total qui lui permet d'émarger au deuxième rang de la hiérarchie des meilleurs marqueurs dans ce Mondial derrière l'Anglais Chris Ashton (5 essais) et à égalité avec un joli quatuor, composé du Fidjien Goneva, de l'Australien Ashley-Cooper et des Néo-Zélandais Dagg et Kahui. Pour autant, Clerc ne fait pas de ce titre, pourtant convoité, un objectif. "Ce qui me motive, c'est la qualification, commente l'ailier. Le titre de meilleur marqueur d'essais ne peut pas être un objectif. Ce serait se tromper de sujet." Quoi de neuf, Doc' ? Ménagés lors des derniers entraînements du XV de France, renforçant ainsi les doutes autour de sa capacité à assumer son statut de remplaçant face aux Tonga après le KO subi lors de son essai inscrit face aux All Blacks, François Trinh-Duc est réapparu ce jeudi, lors de la dernière séance d'entraînement des Bleus à Onewa Domain, sur les installations du Takapuna Football Rugby Club, avant le départ à la mi-journée pour Wellington, théâtre du match face aux Tongiens samedi. Indice de sa progression, Nicolas Mas a pu prendre part à l'échauffement avec ses coéquipiers, avant de poursuivre son travail physique et de réathlétisation en compagnie d'un des préparateurs physiques. Le quart de finale est en vue pour le pilier catalan... à condition que les Bleus se qualifient. MERCREDI: Sept hommes en colère