Ils ont dit... Harinordoquy: "Fiers d'être vivants"

  • A
  • A
Ils ont dit... Harinordoquy: "Fiers d'être vivants"
Partagez sur :

Voici les principales réactions recueillies samedi, à l'issue de la victoire (19-12) de l'équipe de France face à l'Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde:

Voici les principales réactions recueillies samedi, à l'issue de la victoire (19-12) de l'équipe de France face à l'Angleterre en quarts de finale de la Coupe du monde: Imanol HARINORDOQUY (3e ligne centre de l'équipe de France): Chacun a répondu présent et a amené ce qu'il savait faire, c'est ce qui nous a permis de battre les Anglais ce soir. Toute la semaine on a regardé devant nous, on avait le choix de notre destin. Entre quitter la Coupe du Monde et continuer l'aventure. Je crois que ce soir par moments on a même proposé un beau rugby. On avait dit que notre Coupe du monde commençait ce soir. Il reste deux matches pour faire un truc énorme. Il ne faut pas qu'on s'enflamme. C'est le début et pas la fin. On aurait pu être dans l'avion demain matin à six heures, donc il faut qu'on reparte lundi dans le même état d'esprit. Disons qu'on est fiers d'être vivants et de s'être battus. Thierry DUSAUTOIR (flanker et capitaine de l'équipe de France): "Beaucoup d'entre nous se sont rendus compte qu'on passait à côté d'une chance extraordinaire, celle celle d'être présents et de jouer une Coupe du monde pour son pays. Ce sont des moments très rares dans une vie, on ne s'en rend pas forcément compte quand on évolue dans un système où on enchaîne les compétitions. Quelque part, ces victoires mitigées et cette défaite face aux Tonga nous ont permis d'ouvrir les yeux. Aujourd'hui, je ne sais pas si on a joué un très grand rugby ou si on a fait quelque chose d'extraordinaire, en tout cas, on était 22 joueurs français qui avaient envie de exister dans cette compétition. On est aujourd'hui en demi-finales, c'est bien ; maintenant, il va falloir recommencer, préparer cette demi-finale tranquillement. En tout cas, on est mieux que la semaine dernière, au même moment..." Servat: "C'est simple le rugby finalement" Emile NTAMACK (entraîneur des lignes arrières de l'équipe de France): "C'est fantastique. Je suis très fier des garçons ce soir et du match qu'ils ont fait. Une semaine a passé depuis le très mauvais match face aux Tonga (défaite 14-19). Ce soir, c'était un match incroyable. On a du potentiel, et maintenant, on sait qu'on peut l'exploiter. [...] C'était différent de jouer avec du coeur, et pas tactiquement. Heureusement, maintenant, on reste deux semaines de plus. L'équipe de France a toujours deux visages. Parfois on montre notre pire visage, et parfois notre meilleur. Ce soir, on a fait ce qu'il fallait pour gagner." William SERVAT (talonneur de l'équipe de France): "On a mis un peu de fierté c'est vrai. On est passé à côté la semaine dernière, mais c'est un tout autre match ce soir et que c'est beau de réagir ainsi. C'est simple le rugby finalement, il suffit d'avoir envie: Oui c'est un sport de combat, l'envie fait beaucoup de choses. On avait peut-être plus faim qu'eux ce soir. Je ne sais pas. Il ne faut pas parler trop tôt. On va essayer de faire notre match." Morgan PARRA (demi d'ouverture et demi de mêlée de l'équipe de France): "C'est sûr on a été énormes, mais encore, on manque quelques points qui auraient pu nous donner une plus grande avance et les pousser un peu plus à la faute. Mais le positif, c'est qu'on a répondu par les actes ce soir. On les a pris à la gorge en première mi-temps, ils sont bien revenus en deuxième période. On va savourer ce soir. Finalement, notre défaite face aux Tonga nous a fait du bien. Elle nous a permis de voir la réalité en face. Elle nous a permis de réagir. La Coupe du Monde a commencé pour nous ce soir. [...] Les Gallois font une très belle Coupe du Monde, ils sont costauds, ils jouent simple, mais sont costauds. [...] On essaie de travailler de plus en plus. J'ai de plus en plus confiance, mais tout le monde autour m'aide à avancer." Clerc: "C'est une belle étape mais il en reste deux" Dimitri YACHVILI (demi de mêlée de l'équipe de France): "C'est bien mais c'est une étape. On va devoir dès demain se remettre au boulot et continuer dans ce sens, pour nous-mêmes, pour nos familles et pour nos supporters. Ce soir c'est sûr que l'on redoutait plus les Anglais que les Tonga la semaine dernière. C'est dommage que ce soit après deux échecs que l'on relève la tête mais c'est un peu la mentalité française." Vincent CLERC (ailier de l'équipe de France, auteur d'un essai): "C'était mieux que la semaine dernière. On a bien commencé. Par la suite, on a joué simple et basique. On a montré notre vrai visage. On a montré le résultat du travail que l'on a effectué ces trois derniers mois. On s'est rachetés en quelque sorte. C'est bien, il y a la victoire au bout, c'est une belle étape mais il en reste deux. [...] Les avants font vraiment un match exceptionnel et on les en remercie. Ils ont été une formidable rampe de lancement. Ils ont été énormes en conquête, il y a eu beaucoup de plaquages. En défense, ils ont été énormes." François TRINH-DUC (demi d'ouverture de l'équipe de France): "Cette victoire est magnifique. C'était un rêve de battre ces Anglais en quart de finale. Je me suis toujours demandé pourquoi les Anglais passaient toujours soit sur un drop ou une pénalité, avec Wilkinson notamment, alors là c'est mon tour. C'est plutôt une bonne sensation, on est contents et soulagés." Lionel NALLET (deuxième ligne de l'équipe de France): "Mais c'est ça le rugby (rires). On est contents au-delà d'avoir gagné ce quart de finale ou d'avoir battu les Anglais, par l'état d'esprit que l'on a montré ce soir. C'est un bon moment. Oui c'était une semaine difficile à vivre. Comme d'habitude, on reste français malheureusement parfois. On a eu peur, on a eu honte mais on avait besoin de ça. On a passé une étape ce soir mais il faut continuer." Maxime MEDARD (arrière de l'équipe de France): "Oui mais quel plaisir de se racheter. On a montré de la hargne sur le terrain. On s'est dit que l'on avait mal commencé notre Coupe du Monde mais qu'on pouvait être fiers de nous et d'être qualifiés pour les demi-finales. [...] Les Gallois font une très belle Coupe du Monde jusque-là. Ils sont très physiques mais on va bien voir ce qui se passe, on va les analyser cette semaine à la vidéo."