Ils ont dit... Bonnaire: "Ça fout les boules"

  • A
  • A
Ils ont dit... Bonnaire: "Ça fout les boules"
Partagez sur :

Voici les principales réactions recueillies dimanche, à l'Eden Park, à l'issue de la victoire (8-7) des All Blacks sur l'équipe de France en finale de la Coupe du monde:

Voici les principales réactions recueillies dimanche, à l'Eden Park, à l'issue de la victoire (8-7) des All Blacks sur l'équipe de France en finale de la Coupe du monde: Dimitri YACHVILI (demi de mêlée de l'équipe de France): On est très déçus. On s'est dit avant le match qu'il fallait tout donner pour ne pas avoir de regrets. Il nous a manqué peu. On a fait preuve de beaucoup de solidarité. On est déçus de ne pas être allés au bout mais on est très fiers de nous. Il nous tarde de rentrer chez nous et de retrouver nos familles. Julien BONNAIRE (troisième ligne de l'équipe de France): "Ça s'est joué sur un rien. On peut sortir la tête haute de cette Coupe du monde. On a tout envoyé, comme on se l'était dit. Malheureusement il nous a manqué un petit truc, c'est dommage. C'est vrai qu'on les a fait douter. On s'attendait à un tel combat, et c'est ce qui s'est passé. Ça fout les boules, on se dit que ça aurait pu être nous. Il s'est passé beaucoup de bonnes choses, et quelques mauvaises. C'est ce qui a forgé le groupe." Rougerie: "On peut être fiers de nous" Aurélien ROUGERIE (trois-quarts centre de l'équipe de France): "On peut être fiers de nous. On a tout donné, je crois que l'on peut dire que l'on sort la tête haute de cette compétition. On n'a pas de regrets à avoir. On est passés par tous les sentiments durant quatre mois en comptant la préparation. On a connu la honte après la défaite face aux Tonga, mais on finit je crois sur une belle note." Maxime MERMOZ (trois-quarts centre de l'équipe de France): "Je me suis pris un coup de poing de Weepu en plein dans l'oreille. Je n'entendais plus rien, et maintenant je n'entends toujours pas bien. L'arbitre n'a pas sifflé. Ça a joué dur. Ils ont beaucoup gratté et plongé. On n'a pas à rougir du résultat. On nous promettait d'être la risée du rugby mondial, qu'on allait se prendre une floppée de points. Eh bien non, il suffit qu'on communique bien, comme en quarts de finale et aujourd'hui, et on produit un beau jeu." Vincent CLERC (ailier de l'équipe de France): "Ce n'est pas passé loin. On a beaucoup dit qu'on n'avait pas notre place ici, mais ce soir, on a été les meilleurs. Il y avait une pression énorme. On la tenait, cette coupe, et elle nous a échappé. C'est dur, parce qu'on a fait beaucoup d'efforts, on a montré de la solidarité et on a fait un match plein. [...] Ça bascule sur la fin, quand les All Blacks étaient sous pression. On a cherché longtemps cette pénalité, elle n'est jamais venue, l'arbitre n'a jamais voulu la donner." Jean-Marc DOUSSAIN (demi de mêlée de l'équipe de France, entré en jeu en seconde période): "On ne m'avait rien dit de spécifique. J'espérais rentrer, mais c'était déjà le cas contre le Pays de Galles, où je ne rentre pas, mais où on gagne, alors que là je rentre et on perd. On est forcément déçus d'avoir perdus. Je n'ai pas eu le temps de gamberger. J'ai pris tout ce que je pouvais prendre, mais ça a été compliqué. On est très déçus ce soir, mais aussi très fiers. Je ne suis pas rentré en jeu avec des consignes particulières, on m'a juste demandé de conserver le ballon, d'essayer de les mettre à la faute mais rien de plus." McCaw: "Chercher plus profond que jamais..." Richie McCAW (flanker et capitaine des All Blacks): "C'est difficile à décrire, je suis tout retourné. Ce qu'on fait les gars... Il a fallu aller chercher plus profond que jamais et ce fut très difficile, mais je suis fier de chacun d'entre eux. On ne pouvait pas être plus sous pression, mais on s'est tenu au plan de jeu et on a fini par y arriver. Il va y avoir un sacré paquet d'histoires qui vont naître à mesure qu'on va vieillir. C'est un groupe d'hommes costauds qui ont tout donné ce soir pour que le pays soit fier d'eux." Graham HENRY (entraîneur des All Blacks): "Tout est question de gagner cette Coupe du Monde et je suis ravi qu'on l'ait décroché. Beaucoup de joueurs ont disputé la Coupe du Monde de 2007 et se sont fait sortir en quarts de finale. Nos joueurs dépendent beaucoup les uns des autres et ils se sont approprié cette équipe. Ils n'ont pas concédé de pénalités et ont été forts en défense." Brad THORN (deuxième ligne des All Blacks): "Je suis simplement ému. J'en parlerai encore quand je n'aurai plus de dents ! Vous pensez à tout le travail... et vous sortez les tripes. Mais je fais partie d'une grande équipe. C'est une finale de Coupe du Monde. Ces Français devraient être si fiers d'eux... (sur l'entrée en jeu de Stephen Donald) Stephen Donald s'est tellement fait descendre pendant des années. Les Néo-Zélandais devraient être fiers de lui." Stephen DONALD (ouvreur des All Blacks, entré en cours de jeu): "C'est un sentiment étrange. J'ai juste de la chance d'arriver et de jouer dans une si grande équipe. Il y a certaines personnes qui ont mis en cause mon statut de All Black. Avoir eu la chance de prouver que je suis un All Black est une bonne chose. Je pense qu'une finale de Coupe du Monde est un très bon endroit pour commencer. (sur sa pénalité décisive) Sur le moment, je n'y ai pas changé. C'était juste un coup de pied face aux perches et je l'ai passé. Je n'ai pas tapé une pénalité depuis au moins six semaines. Sur le moment, ça ne m'a pas paru crucial. Mais ça s'est avéré être le cas. Mes amis doivent penser : 'tiens, au milieu de l'Eden Park, c'est le mec qui tapait avec quelques bières dans le cornet et qui allait à la pêche."