"Ils devront être irréprochables"

  • A
  • A
"Ils devront être irréprochables"
Partagez sur :

Franck Ribéry et Patrice Evra, deux des joueurs un temps suspendus après la mascarade de Knysna cet été, sont de retour en équipe de France. Après avoir levé le voile sur la sélection appelée à affronter le Luxembourg et la Croatie ces prochains jours, Laurent Blanc s'en est expliqué ce jeudi au siège de la FFF. Fidèle à sa philosophie du mérite, le sélectionneur des Bleus assume ses choix sportifs mais assure que le Mancunien et le Bavarois n'auront pas de troisième chance.

Franck Ribéry et Patrice Evra, deux des joueurs un temps suspendus après la mascarade de Knysna cet été, sont de retour en équipe de France. Après avoir levé le voile sur la sélection appelée à affronter le Luxembourg et la Croatie ces prochains jours, Laurent Blanc s'en est expliqué ce jeudi au siège de la FFF. Fidèle à sa philosophie du mérite, le sélectionneur des Bleus assume ses choix sportifs mais assure que le Mancunien et le Bavarois n'auront pas de troisième chance. "Avant tout, je tiens à avoir une pensée pour Eric Abidal. A l'heure qu'il est, il ne doit pas être loin du bloc. Au nom du staff technique et médical, je lui souhaite plein de courage." La présence de Patrice Evra dans le groupe est-elle due à l'absence d'Eric Abidal ? J'ai évidemment appris la nouvelle avec tristesse mardi soir... Effectivement, suite à cela, nous avons dû avoir une nouvelle réflexion. Comme toujours depuis ma prise de fonctions, les critères sportifs se sont imposés à moi, mon but étant de pouvoir aligner en équipe de France les meilleurs joueurs. Patrice Evra peut-il être considéré comme une doublure de Gaël Clichy ? Non, il sera là en tant qu'arrière gauche potentiel de l'équipe de France. Vous avez pu remarquer que les quatre postes défensifs étaient doublés. Et tout le monde peut être amené à apporter sa pierre à l'édifice. Je sais bien que pendant quelques temps, l'attention médiatique va être braquée sur quelques joueurs en particulier. Mais n'oublions pas ce rendez-vous important qu'est le Luxembourg dans la perspective de la qualification à l'Euro 2012. Vous aviez déclaré il y a peu qu'un Franck Ribéry à son meilleur niveau était incontournable en équipe de France. L'est-il aujourd'hui à vos yeux ? Non, pas encore, mais il est beaucoup mieux physiquement. Il vient d'enchainer quatre ou cinq matches sans souci et il a retrouvé les qualités qui lui faisaient défaut depuis quelques temps, sa vitesse notamment. Il est sur le bon chemin, et a suffisamment de potentiel aujourd'hui pour être appelé contre le Luxembourg. Et pour ce qui est de Patrice Evra ? Vous l'avez vu contre Marseille, non ? Moi je l'ai trouvé bon. Il fait partie des meilleurs défenseurs à son poste et c'est bien pour cela qu'il a sa place en équipe de France. On ne peut pas être titulaire à Manchester United sans avoir de réelles qualités. Avez-vous des garanties sur l'état d'esprit dans lequel ces deux joueurs vont revenir en équipe de France ? Je ne néglige pas ce point-là, ça va être aussi important que leur rendement sportif. Mais c'est valable pour tous les joueurs. Ils devront être irréprochables. Si c'est le cas, tout le monde sera gagnant, sinon je prendrai les mesures qui s'imposent et je serai radical. "Je n'ai de comptes à rendre à personne" En avez-vous parlé avec eux ? J'ai vu Franck à Munich mardi soir. J'étais déjà allé le voir il y a quatre mois quand il n'était pas encore question de son retour. Il a conscience du contexte et de ce qui l'attend mais il a vraiment la volonté de poursuivre sa carrière internationale. Ce sera difficile, il ne faut pas se voiler la face, mais je crois qu'il est prêt à faire des efforts. En ce qui concerne Patrice, j'ai eu une courte discussion avec lui au téléphone. J'ai des choses à lui dire mais je les lui dirai en face. Vous savez, Patrice, je ne le connais pas, enfin je le connais de loin. Avant de dire certaines choses, je veux d'abord connaitre la personne à qui je m'adresse. Nous verrons ça tranquillement durant le stage de préparation. Cela signifie-t-il que Franck Ribéry est disposé à renouer le dialogue avec la presse ? Ah oui... j'ai vu qu'il ne s'exprimait plus qu'en allemand devant la presse... Ce que je peux vous dire, c'est que son envie est intacte et qu'il est prêt à assumer ce qui l'attend. Je crois qu'il prendra effectivement le temps de vous parler, il y aura débat et ça ne vous suffira probablement pas mais la pire des choses, ce serait de fuir. Qu'attendez-vous de ces deux joueurs qui avaient le statut de cadres en sélection il y a un an ? J'ai le même niveau d'exigence à leur encontre qu'à l'égard des autres joueurs. Ils font bien sûr partie des plus expérimentés, ils avaient effectivement un statut mais il faut qu'ils aient l'humilité de revenir au niveau de chacun dans cette équipe. Si je vois que certaines choses n'ont pas été comprises, ce sera rédhibitoire pour eux et leur carrière internationale. Ils ne peuvent pas se permettre de ne pas être irréprochables. Franck Ribéry n'a jamais caché sa préférence pour le côté gauche. Comment comptez-vous l'utiliser à l'avenir ? Tout le monde à ses préférences... Au Bayern, il évolue à gauche, certes, mais il n'a pas à revendiquer quoi que ce soit en équipe de France. Même s'il est important de mettre les joueurs dans les meilleures dispositions, c'est le collectif qui prime en sélection ! Est-ce une volonté d'en finir avec Knysna que de convoquer ces deux joueurs ? Je n'ai pas de message à faire passer. Je suis sélectionneur et je fais des choix en mon âme et conscience, en me basant sur des critères sportifs. Il n'est pas question bien sûr d'oublier ce qui s'est passé en Afrique du Sud, il faut même en tenir compte. Aujourd'hui, ce sont simplement des joueurs auxquels je fais confiance. A eux d'assumer pour clore le chapitre Knysna. Quitte à rendre des comptes à la ministre des Sports ? Je n'ai de comptes à rendre à personne. Si ce n'est au président de la Fédération française de football. Chacun a son avis sur la question. Moi, je suis là pour faire des choix, parfois difficiles. Avant d'adopter une position radicale à l'égard d'un joueur, je veux me faire ma propre opinion. "Je crois en Gourcuff" Yoann Gourcuff figure encore dans votre sélection. A-t-il le niveau international à l'heure actuelle selon vous ? Si l'on s'en tient à sa prestation de mercredi soir, on peut en douter. Si l'on regarde ses performances depuis qu'il joue à Lyon, on peut en douter aussi. Néanmoins, je connais très bien ce garçon et je sais de quoi il est capable. Je crois en lui et je pense qu'avec notre confiance, il peut retrouver le niveau qui était le sien. Comme en club, il y aura de toute façon un bilan en fin de saison internationale. Nous verrons bien à ce moment-là. Au contraire, Jérémy Toulalan, lui, est toujours aux abonnés absents, malgré ses progrès... C'est vrai qu'il est mieux en ce moment, il faisait d'ailleurs partie des pré-convoqués cette fois encore. Maintenant, à son poste, nous avons des joueurs qui donnent entière satisfaction et qui peuvent prétendre à s'inscrire sur la durée. Rien n'est définitif cependant. Personne n'est banni. Vous avez préféré Jérémy Menez à Mathieu Valbuena, deux joueurs en mal de temps de jeu ces derniers temps. Pour quelle raison ? Même si Jérémy joue moins à la Roma depuis l'arrivée du nouvel entraîneur, je n'ai pas oublié sa prestation contre le Brésil. Ce jour-là, il a été bon, durant 20 minutes notamment. Quant à Mathieu, il revient de blessure et je le trouve encore un peu juste physiquement pour l'appeler en équipe de France. Vous sentez-vous un peu responsable de la transformation de Karim Benzema au Real Madrid ? Vous savez tout le bien que je pense de lui... il est en train de prouver au Real qu'il est un grand buteur. On le savait en France, les Espagnols eux le découvrent. Je le trouve cependant en nets progrès, dans beaucoup de domaines. Physiquement notamment, il s'est asséché et ça lui réussit bien. Et puis il est encore jeune. S'il parvient à assimiler tout ce qu'on lui apprend au Real et en équipe de France... C'est un joueur très intéressant, avec un énorme potentiel. C'est bien, c'est très bien ce qu'il fait en ce moment. Il n'y a pas de nouveaux noms dans cette sélection. Cela signifie-t-il que le noyau dur grossit ? Ça veut dire que les matches précédents ont été encourageants mais qu'on manque encore d'expérience. Un groupe va se créer au fil des mois et prendra réellement naissance au prochain Championnat d'Europe. Un peu comme à l'Euro 1996, où après l'échec de la qualification pour le Mondial 1994, M. Jacquet a su bâtir le groupe de 1998, avec la réussite que l'on connaît.