Il ne peut en rester qu'un

  • A
  • A
Il ne peut en rester qu'un
Partagez sur :

A la lecture du classement des pilotes, trois hommes peuvent s'enorgueillir d'incarner des champions du monde potentiels à deux actes de la fin de la saison WRC. Mikko Hirvonen a rejoint Sébastien Loeb au sommet, et Sébastien Ogier ne compte que deux longueurs de retard sur le tandem leader. En Catalogne ce week-end, la situation va forcément se décanter. Probablement pas en faveur du Gapençais.

A la lecture du classement des pilotes, trois hommes peuvent s'enorgueillir d'incarner des champions du monde potentiels à deux actes de la fin de la saison WRC. Mikko Hirvonen a rejoint Sébastien Loeb au sommet, et Sébastien Ogier ne compte que deux longueurs de retard sur le tandem leader. En Catalogne ce week-end, la situation va forcément se décanter. Probablement pas en faveur du Gapençais. Un seul mot d'ordre: l'attaque ! A deux rallyes du verdict, Sébastien Loeb, Mikko Hirvonen et Sébastien Ogier se tiennent en trois petits points au classement des pilotes. Chaque spéciale à compter de vendredi matin va donc valoir son pesant d'or. Sur l'asphalte catalan comme sur la terre lourde du RAC. "Chaque virage doit être abordé avec un maximum de vitesses car la seule façon de gagner le championnat est d'essayer de gagner les deux derniers rallyes, affirme ainsi Mikko Hirvonen sur le site officiel du WRC. Ce sera tout ou rien avec des risques à prendre. Personne ne peut plus assurer. Je dois marquer de gros points en Espagne pour être en position de jouer le titre en Grande-Bretagne, sur la terre. Je crois que j'en suis capable." "Pour moi, la stratégie va être extrêmement simple: ce sera l'attaque du début à la fin", renchérit Sébastien Loeb, avec en filigrane tout de même une légère inquiétude: "Si le temps est sec, ce n'est jamais bon d'ouvrir la route sur la terre. Je risque de me retrouver avec un retard conséquent le vendredi soir. Et sur l'asphalte des étapes suivantes, ceux qui seront devant ne seront pas handicapés à leur tour." Un détail qui n'a évidemment pas échappé à son rival finlandais: "Vendredi, j'aurai une opportunité et je dois en profiter", annonce ce dernier. Malcolm Wilson, le patron du team Ford, veut croire en l'improbable: une victoire de son poulain où le septuple champion du monde est invaincu depuis 2005. "La troisième place de Mikko en France veut dire que l'on repart de zéro avec deux rallyes à disputer, considérait-il au lendemain du rallye d'Alsace. Il n'y aura pas la place à la moindre erreur désormais pour les trois candidats au titre. Les meilleurs temps alignés par Jari-Matti en France ont donné une confiance supplémentaire à l'équipe. Mikko a envie de montrer qu'il peut faire la même chose en Espagne. A lui de jouer." Ogier roulera pour le bien commun Le vice-champion du monde 2008 et 2009, souvent pointé du doigt pour sa frilosité et encore pris en flagrant délit d'attentisme cette saison sur le bitume allemand et français, semble mûr en effet pour saisir sa chance, quoiqu'il puisse lui en coûter: "En 2009, j'étais dans une situation similaire. L'expérience acquise ces deux dernières années m'aidera. Je ne changerai rien cette fois. Je suis confiant et détendu à propos de cette situation. Je n'ai plus rien à perdre. Je me sens bien et confiant. Par rapport à la France, ce sera une situation complètement différente. Je suis impatient." "J'aurais préféré que les trois derniers rallyes se passent autrement. Mais le fait est que nous sommes aujourd'hui au pied du mur, et c'est tant mieux pour le sport, juge Sébastien Loeb. Je sais que Hirvonen va jouer sa carte sans retenue. Dans mon jeu, j'ai aussi quelques beaux atouts, comme la DS3 qui a permis à l'équipe de gagner neuf des onze rallyes disputés cette saison. J'ai également remporté les deux épreuves restant à disputer en 2008, 2009 et 2010. Autant d'éléments qui renforcent ma confiance. Ce genre de situation nous a toujours bien réussi par le passé, à nous de tout faire pour que la belle histoire se poursuive ces prochaines semaines !" Pour cela, l'Alsacien pourra compter sur son coéquipier Sébastien Ogier, lequel s'est résigné à sacrifier ses ambitions personnelles pour le bien collectif et la cause de son aîné. "Je ne me fais pas d'illusions, avoue-t-il. A la régulière, ça se jouera entre Seb et Mikko. Mais notre position permettra à l'équipe de jouer à deux contre un. Pour le rallye d'Espagne, notre objectif sera de marquer les points permettant à Citroën de remporter le championnat du monde des constructeurs." "Nous pouvons compter sur lui, confirme Olivier Quesnel, le directeur de Citroën Racing, à l'évocation du Gapençais. Sébastien Loeb reste le grand favori, il n'est pas sept fois champion du monde pour rien. Certes il a la pression, mais il sait gérer ce genre de situation. Il sait que l'équipe fait le maximum pour lui offrir une DS3 aussi fiable que performante." Là résidera sans doute la clef du rallye de Catalogne et du RAC à venir.