Il faudra partir à point

  • A
  • A
Il faudra partir à point
Partagez sur :

Deux semaines après le pétard mouillé du Stade de France, Christophe Lemaitre retrouve Usain Bolt à Monaco sur 100 m, vendredi pour la 10e étape de la saison de Diamond League. Si les conditions le permettent, les deux hommes peuvent sérieusement envisager de battre chacun leur meilleur chrono de la saison à Louis-II, à un peu plus d'un mois des Mondiaux de Daegu, où la finale du 100 m aura lieu le 28 août.

Deux semaines après le pétard mouillé du Stade de France, Christophe Lemaitre retrouve Usain Bolt à Monaco sur 100 m, vendredi pour la 10e étape de la saison de Diamond League. Si les conditions le permettent, les deux hommes peuvent sérieusement envisager de battre chacun leur meilleur chrono de la saison à Louis-II, à un peu plus d'un mois des Mondiaux de Daegu, où la finale du 100 m aura lieu le 28 août. En 15 minutes à peine, le soufflé est retombé. D'un seul coup. 15 minutes, c'est à peu près le temps qu'il a fallu pour retrouver un chrono au Stade de France, le 8 juillet dernier lors du meeting Areva. Pour leur premier duel de la saison sur 200 m, et probablement le seul d'ici les Mondiaux de Daegu, Christophe Lemaitre et Usain Bolt n'ont pu se livrer à un affrontement dans les règles de l'art, refroidis par tant d'attente. Aucun des deux n'a rempli son objectif plus ou moins avoué, à savoir un 19"75 pour Bolt et un chrono sous les 20", record de France à la clé, pour Lemaitre. Au lieu de quoi, le Jamaïcain s'est contenté d'un 20"03 et le Français d'un 20"21, sous les yeux d'un public français forcément frustré. Ceux qui auront la chance de pouvoir faire le voyage à Monaco pourraient assister à une belle consolation. Cette fois, la star de l'athlétisme mondial et son jeune pendant à l'échelle française vont se retrouver pour un 100 m, qui promet d'être explosif. En vertu des roulements contraints par le calendrier de la Diamond League, le Stade de France n'avait pu abriter une course sur la distance reine, tout autant qu'il n'avait pu, par exemple, accueillir une épreuve de triple saut masculin (pour Teddy Tamgho). Jackpot pour le stade Louis-II, où Francis Obikwelu, Michael Frater et Mike Rodgers seront également sur la ligne de départ. Du très lourd donc, et des conditions a priori optimales pour Lemaitre, qui pourrait frapper un nouveau grand coup en passant sous la barre des 9"95. Toutes les conditions semblent réunies, en tout cas, avec une envie de bien faire décuplée suite à la contre-performance un peu forcée de Saint-Denis. Bolt est "fier" de Lemaitre "Je cherchais surtout le temps et ça n'a pas été à la hauteur des espoirs que j'avais, indiquait l'Annécien après sa course au Stade de France. C'est plus décevant qu'à Lausanne, car j'avais fait un super chrono avec des défauts techniques, et là je me sens bien mais je n'améliore pas mon record." A Lausanne, justement, Lemaitre avait égalé son record de France du 100 m en 9"95, derrière la fusée Asafa Powell qui avait réalisé en Suisse la meilleure performance mondiale de l'année en 9"78. La configuration pourrait être assez semblable dans la Principauté, avec Bolt en lièvre de choix. Et il n'y a pas que les supporters de l'Annécien qui y croient. Certains athlètes, et pas les moins illustres, soulignent également l'immense potentiel de Lemaitre. Justin Gatlin, par exemple, a déclaré sa flamme dans un entretien accordé à El Pais la semaine dernière. "C'est un bon athlète, il est encore jeune et a beaucoup de talent. Lemaitre est très courageux. Rien que le fait de courir, de gagner des courses, d'affronter Bolt et les autres, prouve ce courage. Il n'a pas peur." Usain Bolt lui-même, deux jours avant le meeting Areva, louait les progrès de son challenger: "Je suis fier de lui, même si c'est quelque chose de logique. Il a une bonne vitesse. Il fait le boulot, pas de problème." Tant que "la Foudre" gardera des yeux de grand frère, ce ne sera pas forcément un bon signe pour Lemaitre. Le Français doit maintenant franchir une étape, pour ne plus seulement provoquer la fierté chez le Jamaïcain. Il doit réussir à lui faire peur.