"Il est où Chabal ?"

  • A
  • A
"Il est où Chabal ?"
@ REUTERS
Partagez sur :

GUILHEM CHEZ LES KIWIS - L'envoyé spécial d'Europe 1 vous fait vivre le Mondial de l'intérieur.

"Il est ou Chabal ? Il est ou Chabal ?" La scène se passe lors de la cérémonie d'accueil de l’équipe de France. Il pleut sur la Orakei Maarae, lieu sacré de la culture maori. Le bus du XV de France se fait attendre. Des barrières métalliques sont installées,  il ne manque que le tapis rouge. D’un côté, les journalistes sont parqués, de l’autre le public.

Dans la foule, beaucoup de supporteurs français, ils sont en bleu-blanc-rouge. Les premiers "Allez les Bleus !" résonnent, même si le cadre ne se prête pas à entonner des chants de supporters. Nous sommes sur une terre protégée, à l’endroit même où les Maori ont fait tomber au 19ème siècle les forces britanniques : une grande plaine verte, sur les hauteurs d’Auckland,  l’Océan est en toile de fond.

"Ramené Chabal"

Au premier rang des barrières, Adrian a une pancarte "Ramené Chabal". On lui pardonnera la faute d’orthographe, il a fait l’effort d’inscrire ces mots en Français. A ses côtés, deux dames, disons deux mamies. Impair beige, presque deux soeurs jumelles. Elles agitent un drapeau bleu-blanc-rouge. Puis, lorsque le bus arrive, l’une commence à crier avec un accent néo-zélandais : "Chabal ! Chabal ! Chabal !", et agite avec passion son drapeau. Elle doit avoir 70 ans passés. D’un coup, sa compagne, lui attrape le bras et essaye de la résonner. "He is not in the team. (Il n’est pas dans l’équipe)", lui dit-elle avec un ton presque autoritaire. "What ?", lui rétorque sa compagne, désemparée et presque les larmes aux yeux.

L’équipe avance et passe devant les deux dames. Vexée, la dame n’applaudit pas. En Nouvelle-Zélande aussi, "Caveman" est une star, il est d’ailleurs le héros d’une publicité pour une marque de sport. Lorsque Marc Liévremont passe devant les barrières, un journaliste lui glisse "Marc, je crois qu’elle réclame quelqu’un." Le sélectionneur ne répond pas, il sourit, presque gêné.  Tout le monde attendait une chose, que la dame lui jette son drapeau bleu-blanc-rouge à la figure. Elle s’est juste contentée de le regarder passer.