"Iceman" fait le show !

  • A
  • A
"Iceman" fait le show !
Partagez sur :

Kimi Räikkönen est de retour. Le Finlandais a remporté dimanche le Grand Prix de France au terme d'une course superbe. "Iceman" devance Felipe Massa pour un doublé Ferrari très important pour la suite de la saison. De son côté, Hamilton limite la casse avec un 8e podium de rang en carrière. L'Anglais augmente son avance au championnat sur un Alonso exceptionnel en piste mais qui, parti 10e, se contente de la 7e place. Bonne pioche également pour BMW avec Kubica (4e) et Heidfeld (5e) qui auront résisté à Fisichella (6e).

Kimi Räikkönen est de retour. Le Finlandais a remporté dimanche le Grand Prix de France au terme d'une course superbe. "Iceman" devance Felipe Massa pour un doublé Ferrari très important pour la suite de la saison. De son côté, Hamilton limite la casse avec un 8e podium de rang en carrière. L'Anglais augmente son avance au championnat sur un Alonso exceptionnel en piste mais qui, parti 10e, se contente de la 7e place. Bonne pioche également pour BMW avec Kubica (4e) et Heidfeld (5e) qui auront résisté à Fisichella (6e). Les bras en l'air sur le podium, Kimi Räikkönen savoure. Son deuxième succès de la saison possède en effet un goût bien particulier pour le Finlandais. En une seule course, Iceman a prouvé que Ferrari était capable de devancer McLaren Mercedes mais également qu'il pouvait battre son coéquipier, Massa, à la régulière. Deux excellentes nouvelles acquises à Magny-Cours alors qu'il n'y avait encore jamais gagné. Pour parvenir à ses fins, Kimi Räikkönen a dû cravacher. Car Felipe Massa, parti en pole position, n'a pas traîné en route... La première pierre, il l'aura posée en passant Lewis Hamilton au départ. Une excellente nouvelle qui lui a en effet permis de rester collé aux basques de son coéquipier durant tout le premier relais alors que le leader du championnat, lui, perdait du terrain à chaque boucle. Rester derrière le Britannique aurait eu un effet décisif : Massa se serait envolé vers une victoire imparable. Il n'en sera donc rien et la bagarre a eu lieu entre les deux hommes. A coups de centièmes d'abord, puis de dixièmes et enfin de secondes au terme d'un deuxième relais incroyable signé Iceman qui a fini avec des temps canons, profitant de l'arrêt de Massa pour lui reprendre 2''6 en trois tours ! Alonso attaque comme un fou Deux secondes de reprises en piste, une de plus dans les stands et le tour était joué pour le Finlandais qui aura été flamboyant au bon moment. Car la pression était forte sur un pilote arrivé en grande pompe en provenance de McLaren Mercedes mais qui n'avait plus signé de victoire depuis la manche initiale en Australie et qui avait surtout pris la mauvaise habitude de se faire battre par son coéquipier en piste.. Pour Massa, la pilule sera sans doute dure à avaler. Il pourra toujours se réconforter avec le premier doublé de la Scuderia en 2007. Une excellente nouvelle qui a beaucoup d'implication pour la suite de la saison. Le premier enseignement vient tout de même de cette capacité incroyable de Lewis Hamilton à toujours terminer sur le podium. Le Britannique n'a pas eu la partie facile mais il s'est accroché poussant sa McLaren Mercedes à la limite de ses possibilités sans prendre de risque inutile notamment en fin de course lorsqu'il baissera clairement de pied afin de ménager sa monture. Avant cela, Hamilton aura une nouvelle fois montré qu'il est de la trempe des grands : au 38e tour il ressort des stands côte à côte avec la BMW de Kubica. Le Polonais résiste et repousse la McLaren mais quelques virages plus tard, précisément à l'épingle d'Adélaïde, Hamilton le passe en costaud et fonce vers son huitième podium de rang... Il ne faut pas occulter que le jeune Anglais a réalisé une belle opération au championnat. Car Fernando Alonso, victime d'un problème de boîte de vitesse en qualifications s'est élancé du dixième rang. Le double champion du monde a effectué une course folle, avec des dépassements de géant sur Heidfeld (dans la chicane Imola pourtant peu propice à un dépassement), sur Fisichella ou encore sur Rosberg. Un exercice de haut vol qui ne l'empêchera pas de rentrer au stand, tête basse, en fin de course avec deux petits points qui ne font assurément pas son bonheur. Honda a marqué un point ! Du côté de BMW, la course aura elle aussi été animée mais efficace. Avec Robert Kubica (4e) et Nick Heidfeld (5e), l'écurie allemande a une nouvelle fois pris l'avantage sur une écurie Renault qui espérait pourtant avoir comblé son retard. Mais une fois encore, BMW semble bien la 3e force du plateau et la résistance de Nick Heidfeld sur Fernando Alonso aura prouvé que l'écart n'est pas aussi important avec les équipes de tête. Assurément une motivation de plus pour toute l'équipe. Pour Renault, la sixième place de Fisichella est un moindre mal puisqu'après avoir du céder une fois en piste, Fisico s'est de nouveau retrouvé devant son ancien coéquipier à la faveur des ravitaillements, sauf que cette fois il a tenu bon. Pour Heikki Kovalainen, en revanche, la course aura pris du plomb dans l'aile dès le premier tour lorsque Jarno Trulli, qui résistait à Fernando Alonso, l'a percuté. Résultat des courses, un tête à queue et la 19e place à la clé. Le Finlandais a fait ce qu'il a pu mais cette 15e place aura forcément un goût amer. Enfin, Jenson Button a terminé dans les points avec une huitième place qui permet à Honda de ne plus être bredouille. Une donnée incroyable pour une écurie qui s'est complètement manquée en début de saison et qui a dû sortir une version B de sa monoplace pour retrouver un semblant de performance. A une semaine de son Grand Prix national, Button retrouve un semblant d'espoir...