Ibanez, suivez le guide !

  • A
  • A
Ibanez, suivez le guide !
Partagez sur :

Nommé cette saison ambassadeur de la Coupe d'Europe, dont il fut le glorieux lauréat en 2007 sous le maillot des Wasps, Raphaël Ibanez, du haut de sa colossale expérience, jette un regard d'expert sur la seizième édition, qui s'ouvre ce week-end. Clubs français, arbitrage, favoris... : projections et analyses avec l'ancien capitaine des Bleus.

Nommé cette saison ambassadeur de la Coupe d'Europe, dont il fut le glorieux lauréat en 2007 sous le maillot des Wasps, Raphaël Ibanez, du haut de sa colossale expérience, jette un regard d'expert sur la seizième édition, qui s'ouvre ce week-end. Clubs français, arbitrage, favoris... : projections et analyses avec l'ancien capitaine des Bleus. H-Cup: quelle valeur ? "Je m'interroge toujours: pourquoi ne confronte-t-on pas le vainqueur de la Coupe d'Europe au vainqueur du Super 14 ? Ce serait un événement incroyable de pouvoir sur un seul match confronter les deux rugbys. La différence se fait sentir au niveau de la conquête et des lancements de jeu, où il existe un aspect plus fermé au niveau européen que dans l'hémisphère sud. Même si les confrontations au niveau international nous démontrent que le rugby européen est aussi souvent dans le vrai... Je crois que la particularité des matches européens, c'est le très haut niveau, donc des matches très intenses, très serrés, où l'on apprend à gagner dans la difficulté. C'est là un atout majeur pour les clubs européens. Même si en étant l'an dernier au commentaire du Top 14, j'ai trouvé que le niveau était très relevé et qu'il existait l'intensité requise à transférer sur les matches internationaux, la Coupe d'Europe reste une étape indispensable, qui a valeur de test pour les joueurs internationaux." Une H-Cup sacrifiée en cette année de Coupe du monde ? "On le voit bien dans l'hémisphère sud, où les entraîneurs de la Nouvelle-Zélande, de l'Australiie et de l'Afrique du Sud ne se sont pas opposés au fait que le Tri Nations, leur compétition majeure, se dispute un mois et demi seulement avant la Coupe du monde. Ce qui veut dire que lorsqu'on a la possibilité de s'engager sur des compétitions de très, très haut niveau, on est aussi préparés pour l'objectif ultime que peut être une Coupe du monde pour un joueur international. Donc je pense qu'il s'agit au contraire d'une très bonne opportunité pour les clubs français." Arbitrage: plus d'excuses pour les Français... "Faire arbitrer la dernière journée de Top 14 par des arbitres étrangers, c'est selon moi la meilleure initiative que pouvait prendre la commission d'arbitrage. On prend conscience des enjeux et de la priorité que l'on doit donner à la compréhension et à l'interprétation des règles. On tend aussi à réduire, d'un point de vue relationnel, la distance qui s'installait parfois entre les joueurs français et les arbitres britanniques et qui suscitait de l'incompréhension. Le joueur français n'aura plus d'excuse maintenant après ce type d'expérience... Après ce qui compte surtout, c'est l'uniformisation, que tous les arbitres soient sur le même registre. Sur les nouveaux commandements de l'entrée en mêlée, j'ai plutôt envie d'être plus optimiste que certains commentateurs, qui y voient une désacralisation de la mêlée, de l'affrontement. Même si ces consignes peuvent paraître un peu pesantes, j'ai la conviction que les premières lignes ont encore la possibilité de s'exprimer dans ce cadre-là. En revanche, aujourd'hui, au niveau européen, le jeu au sol reste pour moi le secteur qui pose encore question." Quels favoris pour la H-Cup 2010-2011 ? "J'ai pour habitude de m'engager (rires). Donc je vais me mouiller... Donc d'abord priorité à l'actuel champion d'Europe, on verra Toulouse, on verra aussi le Munster, une équipe qui a tellement d'expérience, mais aussi pour faire référence aux clubs anglais et à leur déception la saison dernière, je pense que Leicester sera aussi présent. Et puis pour donner un quatrième prétendant, l'équipe qui selon moi pourrait créer la surprise, je citerai les Ospreys. Avec en premier lieu la motivation de disputer une finale, qui aura pour cadre cette année le Millennium Stadium de Cardiff. Mais c'est surtout une équipe qui m'a fait très forte impression l'an dernier par sa capacité à conserver dans le registre offensif un volume de jeu incroyable. Ce qui leur faisait défaut, c'était l'instinct du tueur pour parvenir à gagner les matches. S'ils franchissent ce cap psychologique, c'est une équipe qui pourrait constituer la surprise."