Hushovd sans pitié pour Roy

  • A
  • A
Hushovd sans pitié pour Roy
Partagez sur :

Maillot jaune lors de la première semaine du Tour, Thor Hushovd a marqué encore un peu plus cette édition 2011 en s'imposant en solitaire à Lourdes, devant deux Français David Moncoutié et Jérémy Roy, encore seul en tête à 2,5 km de l'arrivée. Présent dans l'échappée du jour composée de dix coureurs, le Norvégien a attaqué dans le col de l'Aubisque avant de revenir dans le final sur le coureur de la FDJ.

Maillot jaune lors de la première semaine du Tour, Thor Hushovd a marqué encore un peu plus cette édition 2011 en s'imposant en solitaire à Lourdes, devant deux Français David Moncoutié et Jérémy Roy, encore seul en tête à 2,5 km de l'arrivée. Présent dans l'échappée du jour composée de dix coureurs, le Norvégien a attaqué dans le col de l'Aubisque avant de revenir dans le final sur le coureur de la FDJ. De quoi désespérer. Présent dans quasiment toutes les échappées depuis le départ du Tour de France, Jérémy Roy pensait que son jour de gloire était enfin venu, vendredi lors de la douzième étape, lorsqu'il a franchi seul en tête le sommet de l'Aubisque avec deux minutes d'avance sur Thor Hushovd, à 40 kilomètres de l'arrivée à Lourdes. Mais le coureur de la FDJ, 28 ans, n'a pu empêcher le Norvégien, auteur d'une descente à tombeau ouvert et qui a profité de l'appui d'un autre Français, David Moncoutié (Cofidis), de revenir sur lui à 2,5 km de la ligne afin de lui souffler la victoire. Une victoire méritée pour le coureur de la Garmin-Cervélo, qui prouve, une fois de plus, qu'il est un immense champion, mais qui laissera forcément des regrets au protégé de Marc Madiot, même s'il peut se consoler en endossant le maillot à pois du meilleur grimpeur. Au lendemain d'une première journée de haute montagne exigeante, il ne fallait pas rater la bonne échappée ce vendredi entre Pau et Lourdes (152,5 km). Car avec une seule grande difficulté au programme, le col d'Aubisque, situé à plus de 40 km de l'arrivée, cette dernière avait toutes les chances d'arriver au bout. L'équipe Europcar du maillot jaune Thomas Voeckler a longtemps empêché toutes velléités d'attaque, dont celle du champion de France Sylvain Chavanel, avant d'offrir un bon de sortie à dix coureurs après 50 km de course: David Moncoutié (Cofidis), Vladimir Gusev (Katusha), Thor Hushovd (Garmin-Cervélo), Alessandro Petacchi (Lampre), Jérémy Roy (FDJ), Maarten Tjallingii (Rabobank), Dmitriy Fofonov (Astana), Edvald Boasson Hagen (Sky), Lars Bak (HTC) et Jérôme Pineau (Quick-Step). Moncoutié joue mal le coup Un groupe étoffé qui va compter six minutes d'avance au pied de l'Aubisque. Une ascension hors-catégorie dans laquelle Hushovd est le premier à lancer les hostilités, bientôt suivi par Roy puis Moncoutié, le plus à l'aise en montagne. Déjà passé seul en tête au sommet du Tourmalet la veille, le coureur de la FDJ réussissait cette fois à revenir sur le Norvégien puis à le lâcher pour basculer en premier au sommet de l'Aubisque, avec deux minutes d'avance sur l'ancien maillot jaune et huit minutes sur le peloton. Une avance a priori suffisante pour arriver en vainqueur à Lourdes. Mais c'était sans compter les extraordinaires qualités de descendeur et de rouleur du coureur de la Garmin-Cervélo, qui après avoir été distancé dans la montée par Moncoutié a roulé en compagnie du Français pour réduire l'écart sur l'homme de tête. Revenu à une poignée de secondes du coureur de la FDJ, Hushovd pouvait alors déposer tranquillement celui de la Cofidis, dont la tactique a été plutôt curieuse (en collaborant avec Hushovd à 15 kilomètres de l'arrivée, il a permis à ce dernier de revenir sur Roy tout en sachant qu'il avait très peu de chance de battre le Norvégien au sprint), puis le Tourangeau pour s'imposer en solitaire avec dix secondes d'avance sur Moncoutié et 26 sur Roy, forcément dépité devant les caméras de France Télévisions. "La déception est trop grande aujourd'hui, je vais avoir du mal à digérer. Avec le vent de face au retour, c'était trop dur pour moi. Il n'en manque pas beaucoup, mais c'est la gagne qui compte et c'est tout." Une énorme déception compensée en partie par le maillot à pois qu'il récupère. Ils sont ainsi trois Français à être montés sur le podium à Lourdes avec Thomas Voeckler et Arnold Jeannesson, toujours maillot jaune et maillot blanc. Mais la victoire d'étape fuit toujours le peloton tricolore.