Houllier manque son retour

  • A
  • A
Houllier manque son retour
Partagez sur :

Il aurait sans doute rêvé d'autres retrouvailles ! De retour à Anfield, plus de six ans après son départ de son poste de manager de Liverpool, Gérard Houllier en est reparti plein de doutes, Aston Villa ayant concédé un troisième revers de rang en Championnat pour le compte de la 16e journée de Premier League (3-0) qui le scotche à la 16e place. L'effet Houllier se fait toujours attendre.

Il aurait sans doute rêvé d'autres retrouvailles ! De retour à Anfield, plus de six ans après son départ de son poste de manager de Liverpool, Gérard Houllier en est reparti plein de doutes, Aston Villa ayant concédé un troisième revers de rang en Championnat pour le compte de la 16e journée de Premier League (3-0) qui le scotche à la 16e place. L'effet Houllier se fait toujours attendre. "Gerard's heart beats". C'est par cette banderole que l'on peut traduire par "Le coeur de Gérard bat", que le Kop de Liverpool a accueilli ce lundi un Gérard Houllier qui revenait à Anfield pour la première fois dans la peau de l'entraîneur d'une équipe adverse, lui qui a été maître des lieux de 1998 à 2004, avec à la clé un fabuleux triplé en 2001 (Cup, Carling Cup, Coupe de l'UEFA), dont les fans des Reds parlent encore, presque dix ans après. Mais si l'accueil du public a été à la hauteur de ce qui était annoncé, à savoir particulièrement chaleureux, celui des joueurs de Liverpool a été nettement moins amical pour l'ancien DTN français, reparti d'Anfield avec trois buts dans la musette et une situation au classement franchement inquiétante. Car ce troisième revers de rang en Premier League (le quatrième toutes compétitions confondues avec la défaite à Birmingham la semaine dernière en quarts de finale de la Carling Cup) fait de Villa un piteux 16e de Premier League, avec seulement deux longueurs d'avance sur ses poursuivants immédiats, Fulham et Wigan, le premier relégable. Et quand on sait que la période de Noël offrira aux joueurs de Birmingham des affrontements face à Tottenham, Manchester City et Chelsea, on mesure mieux les inquiétudes de supporters d'Aston Villa qui commencent à se demander si faire venir Gérard Houllier n'est finalement pas une fausse bonne idée. Le bilan de l'ancien manager de Liverpool ne plaide en effet pas pour lui: depuis qu'il a pris en mains l'équipe, celle-ci a concédé cinq défaites pour seulement deux victoires et quatre nuls en Premier League, sans oublier une élimination en Carling Cup. Ngog se rappelle au bon souvenir d'Anfield Et sur ce qu'ils ont montré ce lundi à Anfield, les partenaires de Pires, rentré en seconde période, n'ont rien fait pour rassurer leurs fans, lâchant la partie en moins d'un quart d'heure face à une formation locale qui n'en demandait pas temps, elle qui attaquait cette partie privée de nombreux cadres (Gerrard, Torres, Carragher, Joe Cole...). Mais avec une inédite paire offensive Ngog-Babel qui a eu le grand mérite de saisir sa chance. Car après une première tentative signé Kuyt à côté (3e), l'ancien attaquant du PSG se rappelle au bon souvenir d'Anfield en ouvrant la marque à la fin du premier quart d'heure: un corner tiré côté droit par Meireles trouve au second poteau la remise de Skrtel pour la tête victorieuse de Ngog qui met fin à une série de douze matches sans marquer pour inscrire son deuxième but de la saison en Premier League (1-0, 13e). Et les affaires se compliquent très vite pour les visiteurs qui encaissent très vite un deuxième but: plein axe, Lucas sert Babel, à la limite du hors-jeu, le Néerlandais ne se pose pas de question et fête sa première titularisation de la saison en Premier League en trompant Friedel d'une frappe croisée (2-0, 16e). La suite ? Quasiment que des occasions pour Liverpool, parfois annihilées par Friedel, rare «Villan» à surnager, parfois par maladresse des joueurs de Liverpool. Les visiteurs ne se montrent de leur côté qu'à une seule reprise, en début de seconde période, mais Agbonlahor, servi par Downing, bute sur Reina (53e) qui, en gardant sa cage inviolée pendant ces 90 minutes, réussit une performance rare en Premier League, celle de finir son 100e match sans prendre de but. Le manque de réalisme d'Aston Villa se paie en tout cas au prix fort, puisque trois minutes plus tard, sur une relance à la main de ce même Reina, Maxi Rodriguez sert à gauche Ngog qui s'engouffre dans l'espace avant de remettre en retrait à l'Argentin qui a suivi et inscrit le troisième but des Reds d'un intérieur du pied dans la lucarne gauche (3-0, 56e). Plus rien ne sera manqué malgré plusieurs occasions des hommes de Ray Hodgson, mais ce large succès suffit amplement à leur bonheur et confirme leur solidité retrouvée dans leur jardin d'Anfield où ils restent sur quatre victoires de rang en Championnat. De quoi espérer des lendemains meilleurs avec le retour des blessés. A contrario, l'avenir d'Aston Villa s'assombrit nettement, celui de Gérard Houllier aussi, nul doute qu'il virera sans doute au très gris si ses joueurs ne prennent pas des points lors des deux prochains matches, face à West Bromwich puis à Wigan...