Hommage aux champions disparus

  • A
  • A
Hommage aux champions disparus
@ Maxppp
Partagez sur :

TOUS SPORTS - Plusieurs figures du sport, légendaires ou en devenir, nous ont quittés en 2010.

Laurent Fignon. Il a vibré, critiqué, détaillé, décrypté... Jusqu'au bout et malgré la maladie, le double vainqueur du Tour a tenu à faire partager sa passion du vélo, que ce soit au micro de France Télévisions ou à celui d'Europe 1. Personnage incontournable du cyclisme français, il a été emporté par un cancer le 31 août 2010 à l'âge de 50 ans seulement. Il laisse le souvenir d'un champion d'exception, à jamais "jeune et insouciant", pour reprendre le titre de son autobiographie parue en 2009. A lire :Laurent Fignon, hommage dans l'intimité

Laurent Fignon dans Joux-Plane, sur le Tour 1983 :

retrouver ce média sur www.ina.fr




Andy Irons. L'année du dixième titre mondial de Kelly Slater, son rival Andy Irons a surfé ses dernières vagues. Le natif d'Hawaï a été retrouvé mort dans une chambre d'hôtel de Dallas, au Texas, le 21 novembre dernier. Officiellement en raison de la dengue, un virus transmis par les moustiques. Mais l'ombre d'une overdose à la méthadone continue de planer sur le décès d'un surfeur qui aura souvent brûlé la planche par les deux bouts. Plus que ses excès, on se souviendra de ses exploits, dont sa dernière victoire sur le circuit, quelques semaines avant sa mort, à Tahiti. A lire :Andy Irons, une légende emportée

Andy Irons s'impose chez à Tahiti, en septembre :





Jean Boiteux. Avant Laure Manaudou et Alain Bernard, il y eut Jean Boiteux. Le Marseillais a été le premier nageur français à devenir champion olympique. C'était en 1952, à Helsinki, sur 400 m. Président de la section natation des Girondins de Bordeaux, il fut victime d'un accident mortel le 11 avril dernier à l'âge de 76 ans. Pour toujours, il restera ce nageur de 19 ans félicité par son père dans le bassin olympique d'Helsinki. A lire : Jean Boiteux n'est plus

Le père de Jean Boiteux vient le féliciter dans l'eau :

Shoya Tomizawa. La première année de la nouvelle catégorie Moto2 a été endeuillée par la mort de ce pilote japonais. Au neuvième tour du Grand Prix de Saint-Marin, Tomizawa a perdu le contrôle de sa moto avant d'être violemment percuté par les deux concurrents qui le suivaient. Placé dans le coma, il a succombé à ses blessures peu après l'accident. Tragique ironie de l'histoire, le pilote japonais, âgé de 19 ans, avait remporté la toute première épreuve de l'histoire de la Moto 2, le 11 avril, à Losail, au Qatar. A lire :Tomizawa, la mort à pleine vitesse

Nodar Kumaritashvili. Ce nom ne vous dit peut-être rien mais il a tragiquement marqué l'histoire de l'olympisme. Le jour même de l'ouverture des XXIes Jeux d'hiver, à Vancouver, ce lugeur géorgien a été victime d'une sortie de piste lors des entraînements. Virages trop dangereux, athlète pas assez rôdé, cet accident a suscité moult débats et controverses. A toujours vouloir faire plus vite et plus fort, les Jeux ont été accusés de se couper des sportifs, non pas ceux qui gagnent mais ceux qui participent.

Pensées également pour le judoka néerlandais Anton Geesink, le cycliste italien Franco Ballerini, le basketteur soudanais Manute Bol, le cycliste français Guy Lapébie, le footballeur italien Roberto Rosato, l'athlète américain Antonio Pettigrew, le footballeur français Patrice Lestage et le pilote écossais Tom Walkinshaw.