Holtz: "Moyen de battre la France"

  • A
  • A
Holtz: "Moyen de battre la France"
Partagez sur :

Luc Holtz, le sélectionneur du Luxembourg, ne le cache pas : son équipe vient à Metz, mardi soir dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2012, pour défendre. Mais l'homme fort de la formation du Grand Duché, qui pense que Laurent Blanc est en train d'apporter un renouveau chez les Bleus, pourrait s'inspirer du 4-4-2 utilisé par les Roumains samedi dernier pour ne pas jouer trop bas. Avec l'ambition de réussir un exploit en Moselle.

Luc Holtz, le sélectionneur du Luxembourg, ne le cache pas : son équipe vient à Metz, mardi soir dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2012, pour défendre. Mais l'homme fort de la formation du Grand Duché, qui pense que Laurent Blanc est en train d'apporter un renouveau chez les Bleus, pourrait s'inspirer du 4-4-2 utilisé par les Roumains samedi dernier pour ne pas jouer trop bas. Avec l'ambition de réussir un exploit en Moselle. Luc, vous avez pu écouter les propos de Laurent Blanc et d'Anthony Réveillère qui sont passés en conférence de presse tout à l'heure. Qu'en avez-vous pensé ? Je n'ai pas entendu ce que Laurent Blanc a dit. J'ai un peu entendu Anthony Réveillère. Il a surtout répondu à des questions sur sa situation individuelle. Dans ses propos, il a évoqué ce qui est cher à Laurent Blanc. Et c'est un peu la même chose que nous: le collectif. Les Français sont en train de reconstruire quelque chose et se basent pour cela sur le collectif. A la Coupe du monde 2010, par exemple, il y avait un gros problème à ce niveau. Qu'est-ce qui vous a plu dans la prestation de vos troupes face à la Biélorussie (0-0) ? Beaucoup de choses m'ont plu. La mentalité, la bonne discipline et la grande volonté dont ils ont fait preuve. L'organisation et certaines phases de jeu ont été très intéressantes. Ils ont joué comme le Luxembourg doit jouer ses matches internationaux. Le seul problème, c'est qu'on s'est créé beaucoup d'occasions dont une très, très nette. Si on veut gagner un match, ces occasions-là, il faut les mettre au fond. On a pris un point et on en était très satisfait. Mais il y avait moyen d'en prendre trois. Laurent Blanc dit qu'il s'attend à rencontrer une équipe qui allait passer son temps à défendre. Qu'en pensez-vous ? Bien sûr qu'on va défendre! Mais la Biélorussie et la Roumanie ont démontré en jouant en 4-4-2 que c'était très gênant pour les Français. On va prendre un peu exemple sur eux. Peut-être qu'on jouera moins bas que d'habitude. On attendra alors une bonne performance des attaquants. "Ça ne change rien de jouer à Metz ou à Paris" Est-ce une saveur particulière de jouer la France à Metz ? C'est-à-dire à 60km seulement du Luxembourg? Non, non... On joue quand même à l'extérieur. Il y aura 25 000 personnes dans le public qui seront pour la France donc pour nous, au niveau psychologique, on va aborder ce match de la même manière qu'on aborde tous nos matches à l'extérieur. Ça ne change rien de jouer à Metz ou à Paris. Vous avez obtenu le match nul face à la Biélorussie qui avait battu la France à l'extérieur. Est-ce que cela vous confère une confiance supplémentaire? Ce résultat obtenu par la Biélorussie en France n'était pas révélateur. Mais psychologiquement, on se dit qu'il y a moyen de les battre. Les occasions que s'était créées la France n'étaient pas très nettes. Si en face il y a une organisation très regroupée et très disciplinée, mais aussi performante sur les duels, il y a moyen de faire quelque chose. Est-ce un peu nouveau pour le Luxembourg de se dire qu'il y a une possibilité de battre la France ? Peu importe l'adversaire, on doit aborder cette rencontre de la même façon que d'habitude. La première chose que l'on doit faire, c'est de bien défendre et puis essayer de placer quelques bons contres. On sait bien que, contre la France, il n'y a pas photo au niveau des individualités. Il n'y a qu'à voir dans quels clubs jouent les Français. Nous, nos joueurs évoluent presque tous dans le championnat luxembourgeois. Cela fait une grande différence. Maintenant, on sait qu'en football tout est possible et on se base sur cela. "Laurent Blanc est en train de mettre quelque chose en place" Mario Mutsch revient de suspension et va faire son retour contre la France. Va-t-il jouer milieu de terrain ou défenseur ? Ça, vous allez le voir demain soir. Est-ce que le jour de récupération supplémentaire dont vous avez bénéficié par rapport à la France peut jouer en votre faveur ? Il est pour nous très favorable, certainement. Si je compare le rythme des matches internationaux à ceux du championnat luxembourgeois, un jour de récupération en plus est primordial. Je crois d'ailleurs que Laurent Blanc n'a pas été satisfait de jouer le match contre la Roumanie samedi. Pour nous, c'est très, très important. Trouvez-vous l'équipe de France en progrès depuis quelques matches, notamment par rapport à l'époque Domenech ? Oui. Je crois que Laurent Blanc est en train de mettre quelque chose en place et que cela se traduit sur le terrain. Il se base beaucoup sur le collectif. Il n'y a pas que 18 ou 23 joueurs dans une sélection, il y a un staff à côté. C'est un "tout", un "entier" qui doit fonctionner. A ce niveau-là, il est en train de mettre quelque chose en place qui va porter ses fruits dans le futur. Auriez-vous préféré rencontrer l'équipe de France d'avant ? (Rires) Certainement, oui.