Hollande défend sa "taxe crampon"

  • A
  • A
Hollande défend sa "taxe crampon"
@ REUTERS
Partagez sur :

LA POLITIQUE EN SHORT - Le candidat PS a défendu sa proposition et taclé les footballeurs.

En proposant de taxer les très hauts revenus lundi dernier sur le plateau de TF1, François Hollande ne pensait peut-être pas déclencher une telle polémique dans le milieu du football français. Christophe Jallet, le joueur du PSG, puis Michel Seydoux et Jean-Michel Aulas n’ont pas hésité à critiquer les fameux 75% du candidat socialiste. En bon défenseur central, Hollande a contenu ces attaques et répliqué sur le plateau de France 3, dimanche après-midi. Pas question de fléchir devant les millionnaires qui tapent dans un ballon.

Pascal Bonnetain, en charge des sports pour le candidat socialiste, a lui aussi défendu cette proposition. « Ce n’est pas une taxe contre les sportifs », a-t-il précisé. « C’est une taxe de solidarité sur l’ensemble des hauts salaires ». Après la salve de critiques, François Hollande n’a pas voulu faire machine arrière. « S’il annonce une taxe le lundi, ce n’est pas pour revenir dessus le dimanche. Quand il annonce quelque chose, il le tient ».

"Les sportifs doivent montrer l’exemple"

La meilleure défense, c’est l’attaque. En politique comme sur un terrain de foot. Hollande l’a bien compris et a contre-attaqué, dimanche sur France 3. « Que les dirigeants de football fassent aussi un peu le ménage : a-t-on un niveau de Championnat qui justifie des salaires aussi astronomiques ? »

Et Pascal Bonnetain de renchérir, à sa manière : « il faut savoir pourquoi un joueur se sent bien dans un club. Il n’y a pas que le salaire qui compte. Il y a aussi une éthique dans le foot ». Persuadé que les « gros salaires ne font pas forcément une bonne équipe », le Monsieur Sport du PS se demande aussi si cette taxe ne pourrait pas « servir à diminuer le prix des places dans les stades ».

Si cette taxe devrait concerner entre 50 et 100 footballeurs de Ligue 1, Pascal Bonnetain assure qu’elle « ne pénalisera pas les clubs français. En revanche, c’est l’occasion d’avoir une réflexion plus globale sur ce sport car le foot français est malade ».  

Si Vikash Dhorasoo et Claude Onesta ont apporté leur soutien à la « taxe crampon », aucun autre footballeur ne s’est montré favorable à cette mesure. « C’est bien dommage que pas plus de footballeurs ne soient montés au créneau », regrette Pascal Bonnetain. « Un sportif a la chance de représenter la France à travers son sport. Mais il a aussi des responsabilités et il doit montrer l’exemple ».